Selon l’entente de 2013, les 272 hectares destinés au projet Rabaska à Lévis pouvaient être rétrocédés aux agriculteurs, advenant que l’entreprise abandonne son projet de port méthanier.
Le Port de Québec a signé une option d’achat pour les terres de Rabaska, ce qui empêcherait la rétrocession prévue aux agriculteurs en cas d’échec du port méthanier. L’option d’achat donne cinq ans au Port pour agir. Elle a été annoncée en conférence de presse le 13 avril.La Fédération de l’UPA de la Chaudière-Appalaches a manifesté son désaccord avec ce nouvel usage des...
Lire plus