fbpx
Ce panneau créé par de la Fédération de l’UPA de la Chaudière-Appalaches déroge à la réglementation du ministère des Transports du Québec (MTQ).

Ce panneau créé par de la Fédération de l’UPA de la Chaudière-Appalaches déroge à la réglementation du ministère des Transports du Québec (MTQ).

Des panneaux de sécurité pas tous réglementaires

Même s’ils sont bien intentionnés, les producteurs qui installent des panneaux temporaires en bordure de la route pour avertir les automobilistes des travaux agricoles en cours dérogent à la réglementation du ministère des Transports du Québec (MTQ).

C’est pourquoi la Fédération de l’UPA-Estrie a adopté une résolution lors de son assemblée générale annuelle, en octobre, afin de demander la légalisation de l’usage des panneaux indiquant qu’un tracteur est susceptible de tourner à gauche dans 150 m. « Notre but, c’est de sauver des vies. On veut juste que la route soit plus sécuritaire pendant les travaux », affirme la présidente du Syndicat local de l’UPA Des Sources, Monia Grenier.

Cette affiche réglementaire a été créée par le ministère des Transports du Québec à la suite de sa rencontre avec l’UPA, en 2018.

Cette affiche réglementaire a été créée par le ministère des Transports du Québec à la suite de sa rencontre avec l’UPA, en 2018.

Celle qui est aussi productrice laitière à Wotton a pris l’initiative, il y a trois ans, de créer ces affiches à installer de façon ponctuelle de chaque côté de la route lors des voyages d’ensilage effectués à la ferme, par exemple. Ces affiches au coût d’environ 200 $ chacune ont trouvé preneurs auprès d’une vingtaine de personnes, dont plusieurs producteurs se trouvant à l’extérieur de la région. Certains d’entre eux en ont fait l’achat après avoir été témoins d’accidents impliquant un tracteur et une voiture lors de manœuvres de dépassement, relate Mme Grenier. Et ces accidents ont été fréquents au cours des dernières années, ajoute-t-elle.

« La plupart des producteurs qui utilisent les pancartes nous disent que ça va vraiment bien, assure Mme Grenier, parce que les gens les voient. » Cette initiative s’est même vu décerner le Prix Jean-Paul-Raymond de l’Union des producteurs agricoles (UPA), en 2017.

La Fédération de l’UPA de la Chaudière-Appalaches a elle aussi créé, il y a quelques années, des panneaux semblables pour indiquer la présence de tracteurs sur une distance d’un kilomètre. Le président de l’organisation, James Allen, est l’un de ceux qui les utilisent encore lors des travaux à proximité de sa ferme, à Saint-Anselme.

« Même quand on met notre flasher, on se fait dépasser à gauche [en tracteur]. Au moins, les gens remarquent la pancarte. Mais si elle était là en permanence, ils ne la remarqueraient pas. Il faut quelque chose de spontané », considère-t-il.

Catégorique

Mais il n’en demeure pas moins que l’usage de ces pancartes n’est pas réglementaire. Questionné à ce sujet, le MTQ est catégorique : « Les panneaux pouvant être installés sur le réseau routier sont ceux prévus par le ministère des Transports. […] C’est pour cette raison qu’ils [les autres panneaux] sont retirés par les contrôleurs routiers », indique la porte-parole Émilie Lord.

À la suite d’une rencontre en avril 2018 avec l’UPA, le MTQ a créé une affiche de sensibilisation qui indique : « Milieu agricole, soyez vigilant ». Celle-ci doit être mise en place par les municipalités ou les MRC sur leur réseau routier, sauf que ces dernières « ne veulent pas embarquer là-dedans », rétorque James Allen.

Le MTQ a aussi introduit un nouveau panneau de signalisation de « sortie de véhicules agricoles » en juin, où l’on voit un tracteur dans un losange jaune. Mais celui-ci ne peut être installé que par un contrôleur routier sous certaines conditions.

Dans sa résolution, la Fédération de l’UPA-Estrie demande à l’Union de faire pression sur le MTQ afin de faire légaliser l’usage de ses panneaux. La Confédération a préféré ne pas faire de commentaires avant la tenue du congrès général, où cette résolution pourrait être débattue. 

Josianne Desjardins, journaliste