fbpx
Une étude réalisée grâce à la participation de 40 producteurs ovins québécois a permis de mieux documenter la prévalence de la résistance des parasites aux vermifuges. Crédit photo : Martin Ménard/Archives TCN

Une étude réalisée grâce à la participation de 40 producteurs ovins québécois a permis de mieux documenter la prévalence de la résistance des parasites aux vermifuges. Crédit photo : Martin Ménard/Archives TCN

Le parasitisme chez les ovins en pâturage : un paradigme à revisiter

Les problèmes parasitaires deviennent de plus en plus fréquents dans les troupeaux québécois – spécialement chez les moutons en pâturage –, ce qui se traduit en fortes pertes économiques pouvant aussi être liées à une diminution du bien-être des animaux.

Encore plus préoccupantes, les approches basées sur l’utilisation intensive de vermifuges ne sont plus de mise en raison de l’apparition de résistances aux ivermectins et aux benzimidazoles, deux médicaments très fréquemment utilisés, et ce, dans plusieurs troupeaux. Les médecins vétérinaires et les producteurs québécois doivent faire face à cette réalité et ajuster leurs pratiques pour éviter que des conséquences graves ne surviennent si la situation n’est pas prise au sérieux.

Le Dr Christopher Fernandez-Prada, médecin vétérinaire, fait partie d’une équipe multidisciplinaire qui travaille au développement d’outils qui permettront d’instaurer un système de lutte intégrée du parasitisme. Crédit photo : OMVQ

Le Dr Christopher Fernandez-Prada, médecin vétérinaire, fait partie d’une équipe multidisciplinaire qui travaille au développement d’outils qui permettront d’instaurer un système de lutte intégrée du parasitisme. Crédit photo : OMVQ

Grâce au programme Agri-innovation d’Agriculture et Agroalimentaire Canada ainsi qu’à la collaboration de 40 producteurs ovins québécois et de leurs médecins vétérinaires praticiens, un groupe multidisciplinaire a pu confirmer qu’une résistance des parasites aux vermifuges est présente, à divers degrés, dans la grande majorité des troupeaux étudiés. En outre, le projet a permis de démontrer qu’Haemonchus contortus, un parasite très pathogène des ovins et des caprins, est très fréquent dans la majorité des troupeaux.

Conséquemment, nous sommes en train de développer des outils adaptés à la réalité québécoise qui permettront d’instaurer un système de lutte intégrée du parasitisme. Ces approches devraient contribuer à accroître la profitabilité des troupeaux ainsi qu’à ralentir le développement de la résistance.

4 principes incontournables

Bien que chaque troupeau présente une situation différente et évolutive, toutes les stratégies de contrôle et de prévention devraient être fondées sur quatre principes : (1) réduire la dépendance à l’égard des antiparasitaires en utilisant une bonne gestion du pâturage, des stratégies de monitorage par coprologie et des méthodes de surveillance clinique; (2) s’assurer, si des vermifuges doivent être utilisés, que le traitement administré est pleinement efficace; (3) appliquer le concept de refuge, afin de garder un bassin de parasites sensibles qui diluent les parasites résistants (on recommande de ne pas vermifuger au moins 15 à 20 % des animaux de chaque groupe, idéalement des animaux adultes en bonne condition); et (4) éviter d’introduire des vers résistants ou d’autres parasites en suivant une routine de quarantaine robuste.

Dans les élevages où l’on soupçonne une perte d’efficacité des vermifuges utilisés antérieurement, un test de réduction des comptes d’œufs dans les fèces devrait être fait. Dans le cas où un manque d’efficacité est démontré, on devrait opter pour un vermifuge d’un autre groupe. Ces changements de pratique doivent être instaurés le plus rapidement possible pour ralentir le phénomène, de façon à éviter des pertes importantes. Pour des conseils supplémentaires, n’hésitez pas à communiquer avec votre médecin vétérinaire praticien.

Mise en garde

Maintenant que des problèmes de résistance aux médicaments antiparasitaires émergent dans un grand nombre de troupeaux, la vermifugation systématique de tout le troupeau n’est plus de mise et d’autres outils doivent être utilisés dans le cadre d’une approche intégrée.

 

Dr Christopher Fernandez-Prada, m.v., Ph. D.