fbpx
L’accès aux subventions pour le démarrage d’entreprise chez les jeunes agriculteurs a été au cœur des discussions lors de l’assemblée générale annuelle de la Fédération de la relève agricole du Québec. Photo : Archives / TCN

L’accès aux subventions pour le démarrage d’entreprise chez les jeunes agriculteurs a été au cœur des discussions lors de l’assemblée générale annuelle de la Fédération de la relève agricole du Québec. Photo : Archives / TCN

Meilleur soutien financier réclamé pour la relève à temps partiel

ROUYN-NORANDA — Les jeunes producteurs en démarrage d’entreprise souhaiteraient que La Financière agricole du Québec (FADQ) ne dissocie plus les statuts temps plein et temps partiel pour octroyer son aide en vertu du Programme d’appui financier à la relève agricole.

Julie Bissonnette

Julie Bissonnette

Les membres de la Fédération de la relève agricole du Québec (FRAQ) ont adopté une résolution en ce sens lors de leur assemblée générale annuelle tenue le 6 mars à Rouyn-Noranda, en Abitibi. Ils demandent par ailleurs à l’Union des producteurs agricoles (UPA) de les appuyer dans ce dossier.

Selon des critères établis par la FADQ, les producteurs âgés de 18 à 40 ans qui détiennent au moins 20 % des parts d’une entreprise, qui ont une formation reconnue en agriculture ou dans un domaine connexe et dont le plan d’affaires a de bonnes perspectives de viabilité, sont admissibles à une subvention à l’établissement pouvant aller jusqu’à 50 000 $. Cette prime n’est toutefois accessible qu’à ceux qui travaillent à temps plein à la ferme. De son côté, l’agriculteur répondant sensiblement aux mêmes critères, mais qui travaille à temps partiel, a droit à la subvention de démarrage qui ne dépasse jamais les 25 000 $.

« Presque tout le monde de la relève est obligé de se trouver un emploi à côté pour arriver parce qu’une entreprise agricole met du temps à devenir rentable. Le problème, c’est que si on fait plus de 21 heures par semaine à l’extérieur de la ferme et que le revenu de notre deuxième emploi surpasse celui de notre entreprise, on n’est plus considéré à temps plein », fait valoir la présidente de la FRAQ, Julie Bissonnette, qui mentionne que bon nombre d’agriculteurs, bien qu’ils travaillent à l’extérieur, se consacrent aussi à leur ferme à temps plein. 

Financement de stages hors Québec

Les jeunes producteurs qui effectuent un stage préparatoire à l’établissement de six semaines à six mois à l’extérieur du Québec sont dorénavant admissibles à une subvention de 9 000 $ offerte par le ministère de l’Agriculture. Le gouvernement a profité de l’assemblée générale annuelle de la Fédération de la relève agricole du Québec pour annoncer la nouvelle. C’était bien sûr avant la mise en place de mesures exceptionnelles pour freiner la propagation de la pandémie de COVID-19 au Québec. Cette subvention permettra à la relève de couvrir une partie des frais de déplacement et des dépenses liées aux visas et aux assurances. L’aide financière sera versée sous forme de sommes forfaitaires hebdomadaires durant toute la durée du stage.