fbpx
Bien qu’il ait semé son maïs à la même période qu’à l’habitude, Sébastien Flibotte a commencé la récolte avec cinq jours d’avance, la semaine dernière. Photo : Gracieuseté de Sébastien Flibotte

Bien qu’il ait semé son maïs à la même période qu’à l’habitude, Sébastien Flibotte a commencé la récolte avec cinq jours d’avance, la semaine dernière. Photo : Gracieuseté de Sébastien Flibotte

Les fruits et légumes se pointent vite le bout du nez

Malgré la sécheresse, quelques épisodes météo étranges et des gels tardifs, des producteurs maraîchers de différentes régions du Québec n’ont pas perdu leur avance du printemps occasionnée par des chaleurs précoces.

Alors que les récoltes sont commencées hâtivement à plusieurs endroits, plusieurs s’étonnent des bons rendements et de la qualité des produits. En Montérégie et dans le Centre-du-Québec, des kiosques d’épis de maïs sont déjà ouverts. « Le maïs, c’est parti! », s’est exclamé David Côté, producteur à Saint-Paul-d’Abbotsford, le 13 juillet. « Dans notre coin et aussi dans le coin de Saint-Hyacinthe, on en voit déjà, a-t-il ajouté. Nous, on a devancé la récolte au 1er juillet et on s’attend à avoir une fin de semaine exceptionnelle. »

De son côté, Sébastien Flibotte, de Saint-Cyrille-de-Wendover dans le Centre-du-Québec, commençait la cueillette de ce produit la semaine dernière. « Certains vendent déjà du maïs. Moi j’ai semé environ à la même période que d’habitude, parce que j’avais peur des gels, mais je récolte tout de même cinq jours à l’avance par rapport à la normale », a noté l’agriculteur, qui a également entamé la cueillette de fèves, de tomates, de cornichons et de concombres quelques jours plus tôt qu’à l’habitude, la semaine dernière.

Avance généralisée

Celui qui est également agronome a fait remarquer que la situation est presque la même dans toutes les régions du Québec. « Tout le monde a semé à peu près en même temps, c’est ça qui est ­particulier. D’habitude, c’est décalé d’une région à l’autre », a souligné M. Flibotte. Le producteur David Turcot, de Saint-Roch-de-l’Achigan dans Lanaudière, fait partie de ceux qui ont commencé la récolte de choux « de bonne heure » cette année. « Les plants sont très matures pour la période », a-t-il confirmé.

À Sainte-Brigitte-des-Sault, dans le Centre-du-Québec, Louis-Marie Jutras anticipait le 13 juillet que ses bleuets en corymbe soient prêts à être cueillis dès cette semaine et que ses poireaux soient à récolter une semaine à l’avance, vers la fin juillet. « Pour les poireaux, c’est plus régulier dans les champs que d’habitude. Les rendements, la levée : c’est égal », a-t-il relevé.

Fraises d’automne dès la fin juillet

Quant à Israël Faucher, producteur à Pont-Rouge dans Portneuf, il s’attend à récolter ses fraises d’automne dès la fin juillet. Normalement, ces variétés sortent plutôt vers le 10 août dans cette région du Québec. « Les variétés hâtives ont été affectées par les gels, mais les plus tardives sont tellement productives, cette année, que ça vient ­compenser », s’est réjoui ce dernier. Pour le producteur Louis Bélisle, de Saint-Eustache dans les Laurentides, l’heure des framboises a sonné. « C’est vraiment le temps des framboises. Il y a de l’abondance; ça a commencé avec 10 jours d’avance. Pour les fraises d’automne, on s’attend à ce qu’elles sortent vraiment tôt aussi, vers le début août. »