fbpx
Le temps frais et pluvieux prévu pour le début mai pourrait retarder les travaux aux champs. Photo : Martin Ménard /ArchivesTCN

Le temps frais et pluvieux prévu pour le début mai pourrait retarder les travaux aux champs. Photo : Martin Ménard /ArchivesTCN

Le mois de mai sera décevant côté météo

Les deux premières semaines de mai risquent d’être plus froides que les belles journées du début avril, une anomalie décrite par André Monette, chef du service de météorologie chez MétéoMédia.

« Malheureusement, il faudra diminuer nos attentes pour le début mai. Ce ne sera pas du temps très froid, mais les températures seront un peu décevantes; on va stagner entre 15 et 20 °C pour le sud du Québec, et entre 10 et 15 °C pour les régions plus au nord », dit-il, spécifiant que les températures du mois de mai devraient être au bout du compte sous les normales de saison.

Un dôme d’air froid s’installera sur le Québec pour les deux premières semaines de mai. Les régions plus à l’ouest devraient connaître des journées légèrement plus fraîches que le reste de la province.  Évidemment, les rayons de soleil de mai, plus puissants, apporteront de la chaleur, mais il ne serait pas étonnant selon M. Monette d’enregistrer des événements de gel au sol lors des nuits dépourvues de nuages.

En termes de précipitations, le météorologue s’attend à plusieurs journées pluvieuses. « Plusieurs systèmes passeront et apporteront de la pluie. Ce sera des alternances de journées pluvieuses et ensoleillées. Ce genre de système devrait apporter du vent », analyse-t-il.

Timide réchauffement

La deuxième portion de mai laissera place à un réchauffement de la température sans pour autant qu’on obtienne des journées de grande chaleur. « Ça va s’améliorer. Nous devrions dépasser les 20 °C, mais nous n’aurons pas de canicule à la fin mai comme l’an passé. Il faudra être patient », prône-t-il. L’ouest de la province aura davantage de chances de connaître des poussées de chaleur que l’est de la province.

M. Monette anticipe moins de précipitations pour la deuxième portion de mai. « Je ne vois pas de gros systèmes. Ce sera plus stable comme météo », croit-il. Cette prédiction fera plaisir aux agriculteurs impatients de terminer leurs semis.

Un mois d’avril très chaud

Le Québec a vraiment connu un mois d’avril au-dessus des normales de saison. Des records de chaleur datant de près de 70 ans ont même été battus à Sept-Îles et à Val d’or.  « On est en général deux à quatre degrés au-dessus des normales d’avril pour l’ensemble des secteurs. Beaucoup de secteurs ont eu des températures plus chaudes au début d’avril comparativement à la seconde portion du mois, ce qui n’a pas de sens, car habituellement, la première moitié du mois est environ 5 °C plus froide que la deuxième », compare M. Monette.

Les précipitations ont été plus rares que d’habitude pour l’ensemble des régions, à l’exception de l’est du Québec, qui a vécu la situation inverse. La Gaspésie a même reçu 120 mm d’eau de plus qu’à la normale en avril.