fbpx
S’il remporte le prix de 100 000$, le Consortium Prisme souhaite agrandir son usine de production de mouches roses à Sherrington en Montérégie. Photo: Gracieuseté de Prisme

S’il remporte le prix de 100 000$, le Consortium Prisme souhaite agrandir son usine de production de mouches roses à Sherrington en Montérégie. Photo: Gracieuseté de Prisme

La mouche rose finaliste dans un concours Desjardins

Le projet de mouches roses du Consortium Prisme, à Sherrington en Montérégie, a été retenu parmi les trois finalistes du concours du Fonds du Grand Mouvement Desjardins dans la catégorie Développement durable.

Les gagnants seront déterminés par le vote du public, qui a jusqu’au 1er novembre pour faire son choix. Une somme de 100 000 $ sera remise au vainqueur de la catégorie. Le Consortium souhaiterait utiliser la somme pour agrandir son usine à mouches, explique la directrice générale de l’organisme, Linda Roberge.

Les mouches roses sont stériles. Leur accouplement avec les mouches sauvages dans les champs d’oignons l’été produit des œufs stériles, ce qui engendre une décroissance des populations naturelles de mouches. Chez les producteurs, cette avancée a permis une diminution significative de l’utilisation de pesticides.

Mme Roberge explique que la cohabitation actuelle entre la mouche de l’oignon et la mouche du chou dans les mêmes salles d’élevages de l’usine limite leur développement, étant donné que leurs stades de croissances ne s’effectuent pas aux mêmes températures.

Grâce aux 100 000$, la chercheuse espère pouvoir séparer les deux types de productions, développer une production à grande échelle de mouches du chou, ainsi qu’acheter de l’équipement pour améliorer les installations actuelles. « Il y a une grande partie du haut de l’usine qui est vacante, alors on finirait de l’aménager pour la mouche du chou et on investirait dans des systèmes pour rendre plus autonome les salles d’élevage », soutient la scientifique.

L’agriculture au primaire

Desjardins récompensera un vainqueur des trois catégories différentes : Jeunesse, Développement durable et Entrepreneuriat. Une autre initiative agricole, le projet AgÉcoles, pourrait donc l’emporter dans la catégorie Jeunesse. Depuis trois ans, l’école primaire Louis-de-France en Mauricie intègre la production agricole et agroalimentaire dans le cursus scolaire de ses élèves, de la maternelle à la sixième année. Si elle l’emportait, la somme permettrait à AgÉcoles de déployer l’initiative dans toutes les écoles de la province.

Les gagnants du concours seront dévoilés le 12 décembre lors d’une émission spéciale diffusée sur ICI Radio-Canada Télé.