Martin Lebel et Diane Lajoie attendent les beaux jours pour ouvrir le kiosque de ventes. Crédit photo : Maurice Gagnon

Martin Lebel et Diane Lajoie attendent les beaux jours pour ouvrir le kiosque de ventes. Crédit photo : Maurice Gagnon

Des employés heureux qui reviennent chaque année

SAINT-ARSÈNE — Quand Martin Lebel et sa mère, Diane Lajoie, parlent de leurs employés, il ne fait aucun doute qu’ils ont leur bien-être à cœur et souhaitent les voir revenir dans leurs champs d’un été à l’autre pour la cueillette des petits fruits et des légumes.

Bien que la Ferme Bernard Lebel œuvre aussi en production laitière, c’est dans le secteur maraîcher que les besoins en main-d’œuvre sont les plus importants. Fernand Lebel, le grand-père de Martin, a introduit la production de fraises au milieu des années 1960. Se sont ajoutées au fil des ans celles de la framboise, du bleuet et des légumes. 

Horaires flexibles

Depuis plus de 25 ans, du début mai à la fin septembre, un noyau d’une dizaine de femmes revient annuellement travailler à la taille des bleuets, à la plantation des plants de fraises et à la cueillette. Se greffent à elles une quarantaine de cueilleurs québécois et 28 travailleurs guatémaltèques et mexicains, hébergés à la ferme le temps des récoltes. Une liste de 75 cueilleurs potentiels permet d’offrir des horaires flexibles, selon les disponibilités de chacun. 

Pour Martin Lebel et Diane Lajoie, il est important que le travail garde sa dimension humaine. L’entraide et l’esprit d’équipe sont des valeurs essentielles pour ces propriétaires, qui expriment leur satisfaction à leur personnel de différentes façons. « Une rencontre sociale a lieu à la fin de la saison et on souligne chaque anniversaire », dit Mme Lajoie. 

Apporter des suggestions

« Il est essentiel pour nous que les employés se sentent impliqués et participent au développement de l’entreprise. Ils sont aussi fiers que nous des produits et ont à cœur la qualité des fruits et légumes mis en vente », insiste M. Lebel. Un bilan est fait à la fin de la saison et les employés sont invités à faire des suggestions.

Par exemple, au kiosque de vente de Rivière-du-Loup, les vendeuses devaient contourner un mur pour s’approvisionner en paniers de fraises, ce qui leur faisait perdre du temps. Sur leur recommandation, une ouverture a été faite dans le mur, leur offrant un accès direct aux réfrigérateurs. 

Une autre proposition a permis d’installer une tablette pour ranger les objets personnels des travailleurs saisonniers sur la remorque servant à la cueillette, ce qui a dégagé de l’espace pour les paniers de fraises.

Une affaire de famille

Les propriétaires peuvent dire que la relève est assurée au sein de l’entreprise. Martin et sa sœur Anne-Sophie forment la 6e génération. Martin et sa conjointe Nathalie se passionnent pour le secteur maraîcher, tandis qu’Anne-Sophie s’occupe de la production laitière avec son conjoint Anthony. Les trois autres enfants du couple Lebel s’acquittent de différentes tâches ponctuelles au sein de l’entreprise. 

Maurice Gagnon, collaboration spéciale