fbpx
L’équipement agricole en question est un processeur à bois Xylog 390 de marque Rabaud d’une valeur de 50 000 $. Crédit photo : Gracieuseté de Sylvain Vouligny

L’équipement agricole en question est un processeur à bois Xylog 390 de marque Rabaud d’une valeur de 50 000 $. Crédit photo : Gracieuseté de Sylvain Vouligny

Arnaqué avec une fausse traite bancaire

Un entrepreneur de Victoriaville a été pris au piège par un individu mal intentionné lors de la vente d’un processeur à bois d’une valeur d’environ 50 000 $. C’est au moment de déposer la traite bancaire, déclarée frauduleuse, que le vendeur a réalisé l’arnaque de son « acheteur ».

Sylvain Vouligny, propriétaire de Gespro Démolition Équipement, avait fait circuler par courriel en novembre dernier une annonce pour la vente d’un processeur à bois Xylog 390 de marque Rabaud, neuf, dans son réseau d’affaires. Quelques jours plus tard, il a reçu l’appel d’un potentiel acheteur se présentant sous le nom de René Lafrenière. L’individu disait posséder une terre en Abitibi et souhaitait faire du bois de chauffage.

En discutant avec lui, l’entrepreneur était convaincu d’avoir trouvé le bon client. René lui « inspirait confiance » et avait accepté d’acheter le processeur à bois sans négocier le prix demandé, en lui indiquant par téléphone qu’un employé allait récupérer l’appareil au moyen d’une remorqueuse à Victoriaville, le soir du 29 novembre, et qu’il allait lui remettre une traite bancaire au montant de 50 000 $.

Tout s’est déroulé comme prévu.

Cependant, M. Vouligny a eu une bien mauvaise surprise lorsqu’il s’est présenté à la banque le lendemain matin, où on l’a informé que la traite était frauduleuse. Dès lors, impossible de recontacter ni de retrouver le prétendu René, qui a fourni une fausse adresse ainsi qu’un numéro de téléphone désormais hors service. « Je ne me suis pas méfié et je me suis fait avoir comme un débutant », regrette le vendeur.

L’enquête est toujours en cours à la Sûreté du Québec (SQ), dans la MRC d’Arthabaska. « Ce type de fraude n’est pas un fléau » dans la province, assure le lieutenant Hugo Fournier, de la SQ. Néanmoins, deux cas impliquant de la machinerie agricole ont été signalés en 2017 et en 2018 et quatre en 2016.

Sylvain Vouligny souhaite offrir une récompense de 5 000 $ à toute personne qui aurait de l’information permettant l’arrestation du suspect dans cette affaire de fraude agricole. L’employé chargé de récupérer le processeur à bois conduisait une remorqueuse blanche de marque Freightliner, précise-t-on.

Prévenez la fraude lors de la vente de marchandises

– Vérifiez les coordonnées de l’acheteur : assurez-vous que les numéros de téléphone et l’adresse courriel sont conformes;

– Méfiez-vous lorsqu’il y a une « parfaite entente sur le prix ». Les fraudeurs n’essaient pas de négocier et offrent même de payer un montant supérieur à celui demandé pour faire retirer l’annonce du Web le plus rapidement possible;

– Vérifiez la validité du paiement avant d’expédier le produit;

– Lorsque vous voulez vendre un article et que vous acceptez un chèque comme mode de paiement, assurez-vous de savoir qui est exactement l’acheteur;

– Si possible, attendez que le chèque, le mandat ou l’effet bancaire ait été honoré et que les fonds soient dans votre compte avant de remettre l’article en question à l’acheteur. Vous devez négocier ces conditions avec l’acheteur avant d’effectuer la transaction de vente;

– Pensez adopter plutôt une forme électronique de paiement, tel que le transfert électronique de fonds ou le virement de fonds par courriel, plus particulièrement si vous ne connaissez pas le signataire du chèque. Les paiements électroniques sont plus sécuritaires que les chèques.

Sources : Centre antifraude du Canada et Association des banquiers canadiens