fbpx

Les Œufs d’Or valorise (encore plus) le fumier

15e671699f410cd0d49a7408b2eda644

Tel que publié dans Ouest du Québec

ABITIBI-TÉMISCAMINGUE — Les Œufs d’Or de Val-d’Or a obtenu 251 385 $ de Développement économique Canada.

La contribution remboursable a permis l’acquisition d’une nouvelle machine qui peut sécher et désintégrer différents types de fumier et plusieurs autres matières. L’entreprise est la seule au Québec à détenir l’appareil, d’une valeur de 650 000 $.

« Depuis quelques années, on vendait tout notre fumier de poule déshydraté », raconte Simon Beauvais, propriétaire de l’entreprise avicole Les Œufs d’Or. « On en achetait beaucoup de l’extérieur, puis avec le marché qui est grandissant, on a décidé de se lancer dans d’autres sortes de fumier, comme celui de dinde et de poulet, qui se retrouve en plus grande quantité que le fumier de poule », explique-t-il.

Pour pouvoir traiter une plus grande quantité d’engrais plus rapidement, Simon Beauvais s’est intéressé à la Micronex KDS, une machine qui peut sécher et pulvériser tout type de fumier, mais aussi d’autres matières premières comme des écorces, du foin et même de la roche. « Ça va nous permettre d’offrir à nos clients des dates de livraison garanties, parce que souvent, j’avais beaucoup de fumier, mais il n’était pas assez sec, et on avait de la misère à le mettre en granules à cause de son humidité et de sa forme », estime-t-il.

Venu à Val-d’Or pour annoncer l’investissement, le ministre de l’Agence de développement économique du Canada pour les régions, Denis Lebel, a vanté le potentiel des Œufs d’Or. « Il y aura plus d’exportations possibles. L’amélioration de la technologie et de la productivité va mener, je pense, à de grands résultats. Je ne serais pas surpris de les voir se développer encore davantage », a-t-il déclaré. De son côté, Simon Beauvais est reconnaissant de la contribution financière qu’il a reçue. Elle lui a permis de procéder plus facilement au dépôt requis et d’effectuer les tests et les ajustements nécessaires avant d’entamer sa production.

Étapes à venir

D’ici la fin de l’été prochain, l’entreprise prévoit atteindre son objectif de production de 5 000 tonnes de fumier Écolo-Nature, qui sera vendu à des producteurs biologiques. En plus de ses fertilisants, Les Œufs d’Or fabrique également des granules de bois pour utilisation domestique. Son usine, qui peut produire jusqu’à 20 000 tonnes par année, sera exploitée davantage grâce à la Micronex KDS. « On va pouvoir utiliser des matières premières un peu plus rares comme des écorces et de la paille, pour faire des granules plus industrielles. Ça nous permettra de développer d’autres marchés avec cette matière-là », affirme Simon Beauvais.