fbpx

Bagage agricole dans le Junior majeur

PLESSISVILLE — Pour les frères Wylen et Mavrik Bourque, l’agriculture est une école de vie qui les aide à exceller dans l’exercice de leur passion. Après avoir travaillé à la Ferme J.B. Bourk tout l’été, le duo tentera de contribuer aux succès des Cataractes de Shawinigan dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ).

« Pour réussir, ça prend de la discipline, convient l’aîné Mavrik Bourque. L’agriculture m’a donné une base dans la vie. Si tu ne vas pas à l’étable le matin pour traire tes vaches, tu n’auras pas de profit. Au hockey, c’est la même chose qui se produit si tu ne vas pas au gymnase t’entraîner. »

Mavrik travaille à la ferme laitière à temps partiel, lors de la saison estivale, puisqu’il doit se préparer pour la prochaine saison. Après avoir inscrit 54 points à sa première campagne dans la LHJMQ, le joueur de centre âgé de 17 ans est vu comme un espoir de première ronde en prévision du prochain repêchage de la Ligue nationale de hockey. Il a d’ailleurs été invité au camp de sélection de l’équipe nationale masculine des moins de 18 ans, qui s’est déroulé à Calgary à la fin juillet.

Inspiration

Inspiré par son frère, Wylen, 15 ans, a décidé de mettre l’agriculture de côté, le temps de quelques hivers, afin de voir où le sport pourrait le mener. Il a fait partie du midget espoir l’an dernier et a eu l’heureuse surprise récemment d’être sélectionné en 12e ronde par l’équipe de son frère.

« Je vais travailler fort pour faire partie de l’équipe dès cette année. J’ai vu que mon frère faisait tous les efforts pour réussir et c’est ce qui m’a donné envie d’être compétitif », indique Wylen.

Celui-ci songe d’ailleurs à adapter son cheminement scolaire pour s’exercer sur la patinoire tout en décrochant un diplôme d’études professionnelles (DEP) en agriculture. Il pourrait faire partie de la septième génération de producteurs chez la famille Bourque.

Les parents des deux hockeyeurs, Sylvie Côté et Serge Bourque, n’ont jamais forcé leurs enfants à sauter sur la patinoire. Serge souhaite seulement que ses garçons se « rendent là où ils veulent au hockey », tout en précisant qu’il « ne manquera pas de travail pour eux à l’étable » avec les 110 vaches en lactation de la ferme.