fbpx
Un veau mâle Holstein se vend actuellement jusqu’à trois fois moins cher qu’un veau croisé boucherie. Les Producteurs de bovins du Québec assurent néanmoins qu’il y a de la demande pour ces veaux, à condition qu’ils répondent aux standards de qualité souhaités. Photo : Les Producteurs de bovins du Québec

Un veau mâle Holstein se vend actuellement jusqu’à trois fois moins cher qu’un veau croisé boucherie. Les Producteurs de bovins du Québec assurent néanmoins qu’il y a de la demande pour ces veaux, à condition qu’ils répondent aux standards de qualité souhaités. Photo : Les Producteurs de bovins du Québec

Période d’engorgement pour la vente de veaux laitiers

Un producteur laitier de Bécancour, Daniel Kundert, s’est vu surpris que son veau Holstein mâle de 10 jours, 122 lb, ne trouve pas preneur au Réseau encan Québec de Saint-Hyacinthe, il y a quelques semaines. En lieu et place d’un chèque, l’agriculteur s’est vu remettre une facture de récupération de 17,50 $.

« Pourtant, c’était un très beau veau, en très bonne santé », assure l’éleveur qui remarque que la valeur des veaux Holstein à l’encan « ne va pas en s’améliorant » avec les années. « Ce n’est pas un nouveau problème, ça a toujours été comme ça. Je perds de l’argent à les envoyer à l’encan. »

Stabilisation attendue à l’automne

Outre M. Kundert, plusieurs autres éleveurs de veaux laitiers ont rapporté des prix très bas ces temps-ci sur un groupe Facebook de producteurs. Joint par La Terre, le directeur de l’encan de Saint-Hyacinthe, Mario Maciocia, a rappelé que l’offre de veaux laitiers surpasse la demande chaque année, vers le mois d’août, car il s’agit d’une forte période de vêlage dans les fermes laitières. Cette situation crée un engorgement sur le marché et fait baisser les prix.

La demande pour les veaux de race Holstein de quelques jours, dont les acheteurs sont surtout des producteurs de veaux de lait et de veaux de grain, est par ailleurs moins forte en prévision d’une capacité d’abattage plus limitée durant la période des Fêtes. « C’est cyclique. Ça arrive en effet que des veaux ne soient pas vendus à ce temps-ci parce qu’il y en a beaucoup qui arrivent en même temps. Les acheteurs vont choisir les plus beaux, ceux qui correspondent le mieux à leurs critères », explique-t-il, assurant que la situation devrait vraisemblablement, comme chaque année, se stabiliser à l’automne.