fbpx
L’ancienne usine d’abattage F. Ménard ­ d’Ange-Gardien, maintenant propriété d’Olymel. Photo : Gracieuseté d’Olymel

L’ancienne usine d’abattage F. Ménard ­ d’Ange-Gardien, maintenant propriété d’Olymel. Photo : Gracieuseté d’Olymel

Olymel doublera sa capacité d’abattage à Ange-Gardien

Olymel investira 9 M$ dans son usine d’abattage, de découpe et de désossage de porcs d’Ange-Gardien, en Montérégie, pour réaménager ses installations afin de doubler sa capacité d’abattage et de consacrer une plus grande part de ses activités à des produits à valeur ajoutée.

Les travaux, qui comprennent l’ajout de capacité de congélation et l’agrandissement de la cafétéria et des aires de stationnement, permettront dès septembre d’ajouter un deuxième quart de travail de soir, créant de ce fait 250 nouveaux emplois. À terme, cet investissement permettra de rehausser la capacité d’abattage de l’usine de 25 000 à 50 000 porcs par semaine, selon les disponibilités de livraisons d’animaux et les besoins du marché. Des besoins qui sont en progression, « tant du côté domestique que du côté des exportations », précise Richard Vigneault, porte-parole d’Olymel.

Malgré la pénurie de main-d’œuvre qui touche le secteur agricole, y compris les usines d’abattage, la compagnie est ­persuadée qu’elle pourra pourvoir ses 250 postes. « On commence à chercher dans le bassin local. Si on ne trouve pas, on élargit autour et en dernier recours, on fait appel aux travailleurs étrangers », illustre M. Vigneault, précisant que le taux de chômage élevé pourrait les aider à trouver plus facilement des candidats pour des postes qui, ­rappelle-t-il, « ont l’avantage d’être ­réguliers et à temps plein ».

Avec ce projet, l’usine d’Ange-Gardien (anciennement F. Ménard) passera de 680 employés à 900. Elle continuera de s’approvisionner à partir des fermes en propriété privée acquises de F. Ménard et de celles de ses éleveurs associés.