fbpx
La croissance anticipée des besoins totaux en produits laitiers au pays pour l’année en cours est de l’ordre de 3 %, alors qu’elle a plutôt été de 0,49 % en 2020. Photo : Archives/TCN

La croissance anticipée des besoins totaux en produits laitiers au pays pour l’année en cours est de l’ordre de 3 %, alors qu’elle a plutôt été de 0,49 % en 2020. Photo : Archives/TCN

La production de lait sur une pente ascendante

Selon les prévisions des Producteurs de lait du Québec (PLQ), « les signaux sont positifs » pour le reste de l’année 2021 en ce qui a trait aux perspectives de production et du revenu moyen des agriculteurs. Dans une présentation effectuée lors de l’assemblée générale annuelle de l’organisation, le 15 avril, la directrice générale Geneviève Rainville a souligné que la croissance anticipée des besoins totaux en produits laitiers pour l’année en cours au Canada est de l’ordre de 3 %. En 2020, la hausse a plutôt été de 0,49 %.

« Mais beaucoup d’éléments pourraient venir influencer ce niveau de croissance », met-elle toutefois en garde, spécifiant que les importations dans la prochaine année sont appelées à croître. À titre d’exemple, les PLQ prévoient que le taux de remplissage du contingent établi par l’Accord Canada–États-Unis–Mexique (ACEUM) entré en vigueur en juillet 2020, atteigne déjà 100 % pour l’année 2021.

Hausse du quota de 1,5 % en juin

Malgré ces incertitudes, Mme Rainville souligne « qu’on est enligné avec le marché pour l’instant » au niveau de la production qui est sur une pente ascendante. Après avoir émis 1 % de quota négociable au 1er avril, les offices laitiers des cinq provinces de l’est viennent d’ailleurs d’accorder une hausse supplémentaire du droit de produire de 1,5 % au 1er juin.

De février 2020 à février 2021, les ventes au détail au Québec ont augmenté de 12,7 % pour le beurre, de 15,1 % pour la crème, de 19,1 % pour la crème glacée, de 10,7 % pour les fromages, de 8,3 % pour le lait de consommation et de 1 % pour le yogourt. Ces hausses sont notamment associées aux mesures de confinement qui poussent les consommateurs à cuisiner davantage. 

Pour ce qui est du revenu moyen du producteur, les PLQ anticipent aussi une progression, bien que « l’environnement post-COVID » demeure imprévisible. La tendance des prix mondiaux, soutient Mme Rainville, est à la hausse. Elle rappelle aussi que le prix dans les classes régulières a été augmenté de 1,46 $/hl en février. Sur l’année 2021, le revenu moyen pourrait donc croître entre 0,41 $/hl selon un scénario pessimiste et 1,39 $/hl selon un scénario optimiste. Par contre, la directrice générale souligne que la hausse du prix des intrants est inquiétante et sera à surveiller.