Agri-Traçabilité Québec, 10 ans d’innovation

En mars 1998, le gouvernement du Québec et l’Union des producteurs agricoles décidaient d’implanter un système d’identification permanente et de traçabilité des produits agricoles, de la ferme à la table.

Trois ans plus tard, en septembre 2001, Agri-Traçabilité Québec (ATQ) était créée. À ce jour, les animaux de trois productions sont tracés : les bovins depuis 2002, les ovins depuis 2004 et les cervidés d’élevage depuis 2009. Rappelons que l’objectif premier de la traçabilité est de circonscrire et d’éliminer rapidement une crise pouvant toucher les animaux d’élevage ou les humains.

Ses avantages

Notre système de traçabilité utilise une base de données centrale, informatisée et automatisée. Il représente un avantage économique pour les producteurs et les intervenants du secteur agricole québécois, qui peuvent accéder plus facilement aux marchés extérieurs. Parce qu’ils sont en mesure de prouver l’origine et la date de naissance réelle de leurs animaux, des producteurs de bouvillons ont eu accès au marché japonais, par exemple.

Qu’en est-il du consommateur?

La traçabilité alimentaire est encore peu connue du grand public. Toutefois, des producteurs et partenaires de circuits courts souhaitent réaliser, au cours de la prochaine année, un projet pilote de la ferme jusqu’au consommateur, pour sonder son intérêt.

L’effet domino

Dans le cas des circuits longs, le défi est de créer un système simple qui intégrera les méthodes de travail des intervenants. ATQ travaille déjà avec l’industrie en ce sens. Plus les clients connaîtront ce que signifient les aliments tracés, plus ils en demanderont et plus les bannières d’alimentation se montreront réceptives à les offrir.

Une question de tendance

« Au cours des prochaines années, la traçabilité représentera un enjeu de taille », affirme Daniel Marcheterre, directeur général par intérim. En Europe, ce concept est déjà instauré, et cette préoccupation prend de l’ampleur aux États-Unis. Les Québécois sont sensibles à la notion d’achat local et d’empreinte écologique et, malgré la bonne réputation des aliments locaux, ils désirent être rassurés. La traçabilité contribuera donc à augmenter le sentiment de sécurité et de confiance envers les produits d’ici.

Projets d’avenir

ATQ poursuit le développement de solutions de traçabilité qui profiteront à l’ensemble du secteur agroalimentaire. L’organisme soumettra d’autres productions – animales et végétales – à la traçabilité. « On veut aussi compléter le dernier maillon de la traçabilité « jusqu’à la table » et participer à la valorisation des aliments tracés du Québec. C’est une promesse qu’on a faite aux producteurs! » s’exclame M.  Marcheterre.

ATQ souffle ses dix bougies

Cette année, ATQ célèbre son 10e anniversaire. Elle désire rendre hommage aux producteurs qui ont cru au concept de la traçabilité et qui ont ­participé à sa mise en place. « L’im­plantation de la traçabilité a exigé plusieurs efforts de la part de tous, mais aujourd’hui, on sent que les producteurs sont fiers de ce système », évoque M. Marcheterre. Au cours de la dernière décennie, le Québec est devenu un chef de file en matière de traçabilité, et l’expertise d’Agri-Traçabilité Québec est désormais reconnue à travers le monde. Merci de nous accompagner sur le chemin du succès!

Pour plus de détails sur la traçabilité au Québec : www.atq.qc.ca