fbpx
« Vive la viande végé » est le slogan utilisé par IGA pour promouvoir les galettes à hamburgers Beyond Meat. Photo : Josianne Desjardins/TCN

« Vive la viande végé » est le slogan utilisé par IGA pour promouvoir les galettes à hamburgers Beyond Meat. Photo : Josianne Desjardins/TCN

La « viande » végétale publicisée malgré les interdits

Tant les fabricants que les commerçants ne sont pas autorisés à utiliser le mot « viande » sur les emballages et publicités de produits 100 % végétaux. Mais cela n’empêche pas ce terme d’être employé couramment dans l’espace public.

« Vive la viande végé » est le slogan d’IGA qui accompagne les galettes à hamburgers Beyond Meat sur les panneaux publicitaires numériques en bordure d’autoroutes. Sur YouTube, A&W Canada fait la promotion de son hamburger Beyond Meat « fait de viande 100 % végétale ». Pourtant, selon le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ), on n’a pas le droit de faire référence à de la viande pour décrire ce produit d’origine végétale.

La réglementation du MAPAQ stipule que nul ne peut faire l’emploi « d’une indication inexacte, fausse, trompeuse ou susceptible de créer chez l’acheteur une confusion sur l’origine et la nature […] du produit ».

Questionné à ce sujet, le ministère estime que l’allégation « viande végétale » n’est pas conforme à la loi. Appelés à réagir sur leurs messages publicitaires, IGA et A&W n’ont toutefois pas voulu commenter.

A&W Canada fait la promotion de son hamburger Beyond Meat « fait de viande 100 % végétale » sur YouTube. Photo : A&W

A&W Canada fait la promotion de son hamburger Beyond Meat « fait de viande 100 % végétale » sur YouTube. Photo : A&W

Plaintes

Les Producteurs de bovins du Québec (PBQ) ont acheminé une plainte contre A&W au MAPAQ en janvier. N’ayant pas eu de retour sur cette plainte, l’organisation a l’intention de revenir à la charge, affirme l’agent de communication Julien Levac Joubert.

Toute entreprise qui déroge à la réglementation du MAPAQ s’expose à des amendes pouvant varier de 500 $ à 3 000 $ et, en cas de récidive, de 1 500 $ à 9 000 $. Le montant de l’amende est déterminé par le juge, précise le ministère par courriel. Le MAPAQ refuse toutefois de mentionner si IGA ou A&W font actuellement l’objet d’une poursuite. 

SUR LE MÊME SUJET
Prudence pour une nouvelle entreprise végétale
Beyond Meat toujours en défaut