fbpx
« Avec les contraintes de temps en agriculture, on a appris qu’il y a ce qu’on devrait faire, ce qu’on peut faire et ce qu’on fait », explique avec humour Gabriel Leblanc (à droite), de la Ferme Leblanco, ici aux côtés de l’agronome Fernand Turcotte, du MAPAQ. Photos : Bernard Lepage

« Avec les contraintes de temps en agriculture, on a appris qu’il y a ce qu’on devrait faire, ce qu’on peut faire et ce qu’on fait », explique avec humour Gabriel Leblanc (à droite), de la Ferme Leblanco, ici aux côtés de l’agronome Fernand Turcotte, du MAPAQ. Photos : Bernard Lepage

Tournée des plantes fourragères : des airs de jamais vu

Programmée traditionnellement à la fin du mois de mai avant que les producteurs ne procèdent à la première coupe de la saison, la Tournée des plantes fourragères avait des airs de jamais vu cette année alors que les tracteurs aux champs s’affairaient plutôt à semer.

Une cinquantaine d’intervenants, en grande majorité des conseillers agricoles et des représentants d’entreprises commercialisant les semences fourragères, avaient répondu à l’invitation du Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec (CRAAQ) d’aller visiter huit fermes du Centre-du-Québec se distinguant par leur régie au champ.

À la Ferme Gillène, Gilles et Éric Dionne ne jurent que par l’herbe du Soudan comme plante-abri pour accompagner la luzerne, la fétuque et le ray-grass.

À la Ferme Gillène, Gilles et Éric Dionne ne jurent que par l’herbe du Soudan comme plante-abri pour accompagner la luzerne, la fétuque et le ray-grass.

L’événement permet bien sûr aux producteurs de valider certaines de leurs pratiques auprès des nombreux agronomes présents, mais il profite également à ces derniers, puisqu’il leur donne l’occasion de vérifier sur le terrain le taux de réussite de leurs recommandations.

« Un agronome, ça a quelquefois besoin des conseils de ses confrères », concède en souriant Yanik Beauchemin, lui-même agronome et producteur à la Ferme Roger Beauchemin à Sainte-Monique, l’une des huit exploitations ciblées par le CRAAQ.

Herbe du Soudan, fétuque, brome, trèfle, luzerne, mil, dactyle, ray-grass, alpiste roseau, etc. À chaque arrêt au milieu de son champ, le producteur énumère les espèces fourragères présentes; les pourcentages des uns et des autres; la période de semis et de récolte; les équipements utilisés; le nombre de coupes; les réussites et les échecs.

Alors que les échanges fusent entre les hôtes et les invités, l’un d’eux aura la savoureuse idée de comparer la variété des recettes présentées à celles des salades de fruits… 

Bernard Lepage