fbpx
Récoltées 93 jours après la plantation des boutures, les patates douces des premières lignées génétiques sélectionnées montrent des résultats intéressants.

Récoltées 93 jours après la plantation des boutures, les patates douces des premières lignées génétiques sélectionnées montrent des résultats intéressants.

Patate douce : vers de nouvelles variétés mieux adaptées à notre climat

L’époque où la culture de la patate douce au Québec se limitait à quelques zones de microclimats pourrait bientôt être affaire du passé. Des travaux sont en cours pour développer de nouvelles variétés qui seraient mieux adaptées à la rigueur de notre climat, tout en permettant aux agriculteurs de baisser leurs coûts de production. Et les premiers résultats s’avèrent prometteurs.

« Notre objectif est de permettre aux producteurs québécois de cultiver de nouvelles variétés qui auraient un cycle de croissance plus court que les variétés américaines et qui pourraient être produites sans paillis de plastique, ni irrigation artificielle », résume le chercheur Carlos Martin, ­docteur en phytopathologie et consultant en culture de la patate douce et de la pomme de terre.

Les défis d’une demande croissante

La patate douce gagne en popularité auprès des consommateurs canadiens. En 2019, le pays en avait importé pour près de 69 000 tonnes métriques, principalement du sud des États-Unis, pour une valeur de 75 M$, soit presque le double qu’en 2009. Environ 70 % des patates douces venant de l’étranger sont destinées à la transformation.

À l’heure actuelle, la production canadienne est limitée à des zones de microclimats et ne dépasse pas les 750 hectares de surfaces cultivées. « Les variétés produites chez nous proviennent des États-Unis et sont adaptées à des conditions semi-tropicales qui nécessitent de 120 à 140 jours pour la récolte. Pour augmenter la température du sol, les producteurs utilisent normalement du paillis de plastique et ont aussi recours à l’irrigation artificielle », explique le chercheur.

Du matériel génétique adapté à un climat froid

En 2018, le Dr Martin, qui a longtemps travaillé au Centre international de la pomme de terre (CIP), organisme responsable du maintien des ressources génétiques de la pomme de terre et de la patate douce, a eu l’idée de développer des variétés qui ­seraient mieux adaptées au climat du Québec et du Canada, et qui, par conséquent, pourraient être cultivées dans des zones moins chaudes.

L’entreprise Nordany, de Saint-Roch-de-l’Achigan, qui importe à elle seule de 40 000 à 45 000 tonnes métriques de patates douces pour un transformateur de Montréal, est devenue partenaire financier du projet. Devant l’engouement mondial pour ce légume, la sécurité de l’approvisionnement est devenue un enjeu majeur.

 Le Dr Carlos Martin estime que le développement de nouvelles variétés de patates douces pouvant être cultivées hors de leurs zones actuelles offrira des occasions d’affaires intéressantes aux agriculteurs québécois.

Le Dr Carlos Martin estime que le développement de nouvelles variétés de patates douces pouvant être cultivées hors de leurs zones actuelles offrira des occasions d’affaires intéressantes aux agriculteurs québécois.

« Divers projets sont en cours au pays, mais leur approche ne nous semblait pas la bonne, explique le Dr Martin. Étant donné qu’ils travaillent avec du matériel génétique des États-Unis, les variétés qu’ils développent sont toujours situées en zone de microclimat et nécessitent encore l’utilisation de paillis de plastique et de l’irrigation artificielle. »

Le chercheur a obtenu du Centre international de la pomme de terre (CIP) de Lima, au Pérou, des semences véritables de patate douce de huit croisements différents, y compris de lignées parentales adaptées à des températures plus basses et à un cycle de croissance de 90 à 110 jours.

Les semences qui ont passé l’étape de la germination ont été plantées en juin 2019 chez un agriculteur de Nicolet, qui a fait l’entretien du champ sans toutefois avoir recours au paillis de plastique ou à l’irrigation.

Afin de conserver la bonne identité des lignées génétiques, les plantes ont été récoltées à la main 93 jours plus tard. La première évaluation sur le terrain s’est avérée concluante, se réjouit le Dr Martin. « Malgré un été plus frais, les patates douces ont présenté de belles caractéristiques pour la transformation, et ce, sans l’aide des technologies habituelles. »

Cet été, deux agriculteurs du Québec, un agriculteur de l’Ontario et un producteur du Nouveau-Brunswick participeront au projet en plantant les boutures des clones sélectionnés qu’ils devront récolter à la main en partie après 90 jours et 110 jours. Le chercheur testera également plusieurs autres centaines de lignées génétiques envoyées par le CIP.

Le Dr Martin espère pouvoir tester la production commerciale des premières nouvelles variétés en 2022. « Le projet étant financé en totalité par Nordany, nous sommes à la recherche d’agriculteurs et de partenaires publics qui voudraient se joindre à ­l’aventure. »

Impacts 

Les producteurs québécois et canadiens auraient tout intérêt à ce que de nouvelles variétés de patate douce voient le jour, estime le chercheur. « Si ces variétés remplaçaient ne serait-ce que 20 % des importations actuelles, on injecterait directement de 12 à 14 millions de dollars par an dans l’économie canadienne tout en apportant de nouvelles occasions pour les agriculteurs et pour leurs fournisseurs. » 

De plus, les producteurs disposeraient d’une nouvelle culture de rotation sans avoir à craindre les ravageurs de la pomme de terre puisque les deux plantes ne sont pas botaniquement liées, fait-il valoir.

Enfin, si le réchauffement climatique devait éventuellement affecter la production de certaines cultures, la patate douce constituerait une excellente alternative puisqu’elle est originaire de régions plus chaudes des Amériques.