fbpx
L’éclairage intelligent peut ajuster la lumière en fonction d’objectifs spécifiques et réduire le temps nécessaire à l’atteinte des volumes cibles. Photo : Gracieuseté de Sollum

L’éclairage intelligent peut ajuster la lumière en fonction d’objectifs spécifiques et réduire le temps nécessaire à l’atteinte des volumes cibles. Photo : Gracieuseté de Sollum

Deux valeurs sûres pour économiser sur l’éclairage

Quand il est question d’économiser sur l’éclairage, un entretien vigilant des équipements et un contrôle serré de l’utilisation relèvent du gros bon sens. Mais au-delà des bonnes habitudes au quotidien, l’économie d’énergie quantifiable à long terme repose sur deux facteurs qui permettent à la fois de réduire les frais, et de réaliser des gains.

Choisir une solution sur mesure

En serriculture, le virage écoénergétique vers les technologies de pointe procure une flexibilité nouvelle qui génère de réelles économies d’argent, mais aussi de temps. Ici, un système d’éclairage DEL entièrement programmable et alimenté par l’intelligence artificielle (oui, ça existe!) offre une avenue intéressante. « Nous avons développé des solutions d’éclairage pour répondre aux besoins spécifiques de chaque producteur et faciliter le passage à l’éclairage dynamique », explique Louis Brun, président de la Montréalaise Sollum Technologies, qui a développé cette technologie. 

Cette latitude dans la planification et la diversification des cultures se traduit par des gains concrets à plusieurs niveaux. « Selon les cultures, on observe jusqu’à 28 % de gain en productivité, et de 10 à 12 % de baisse de consommation électrique par rapport à un éclairage DEL traditionnel fixe. Par rapport aux lampes au sodium à haute pression [HPS], on peut aller chercher un 30 % additionnel, donc 40-42 % », confirme Jenny Zammit, vice-présidente marketing de l’entreprise. « Certains clients ont atteint leur volume cible en 28 jours en moyenne, par rapport à 35-40 jours, par exemple, pour la laitue cultivée en serre traditionnelle. Des récoltes comme la fraise et le poivron sont récoltées de 5 à 7 jours plus tôt. »

Investir dans des équipements plus performants

Même si les besoins diffèrent selon le type de production, un constat demeure. « Le premier critère pour économiser, c’est de se moderniser », convient Nicolas Dufour, maître-électricien chez ­Thémis électrique. Située en Montérégie, l’entreprise accompagne les producteurs dans l’installation de systèmes plus écoénergétiques et performants. « En ce moment, des subventions pour du relampage au DEL sont disponibles pour les propriétaires d’entreprises. Si on relampe une entreprise qui utilise des lampes HPS ou des lampes incandescentes conventionnelles, et qu’on les change pour des lampes DEL, la lampe est subventionnée en partie. » 

Offert par Hydro-Québec, le programme Solutions efficaces octroie un appui financier aux entreprises qui désirent optimiser leur consommation énergétique tout en réduisant leur empreinte carbone. « On peut relamper de grandes surfaces à des prix vraiment avantageux. Par exemple, une lampe de 100 $ coûtera en réalité 30 $ au client, plus les frais d’installation. Ce sont des rabais importants », témoigne monsieur Dufour, soulignant la simplicité du processus pour qui souhaite s’en prévaloir. « Je donne à mes fournisseurs un plan de l’endroit actuel avec l’emplacement des lampes, et eux font ensuite un relampage optimal. Comme la lampe DEL possède un lumen supérieur aux lumières incandescentes, on peut en installer moins pour obtenir le même résultat », explique l’entrepreneur, précisant que la puissance en watt d’une lampe DEL représente environ 1/10 de celle d’une lampe conventionnelle. « Prenant l’exemple d’une lampe domestique d’environ 60 W, l’équivalent en DEL serait de 9 W. C’est une économie considérable. » 

Pour en savoir plus sur le programme Solutions efficaces, visitez le www.hydroquebec.com/affaires/programmes-outils/solutions-­efficaces.html 


Nathalie Laberge, collaboration spéciale


Ce texte a été publié dans l’édition de novembre de L’UtiliTerre, le cahier technique de La Terre de chez nous.