fbpx
Des radiateurs un peu trop bouchés pour bien fonctionner. Photo : VLR Radiateurs

Des radiateurs un peu trop bouchés pour bien fonctionner. Photo : VLR Radiateurs

L’antigel, le meilleur ami du radiateur

S’il y a bien une pièce d’équipement qui fonctionne en toute saison, c’est le système de refroidissement moteur, et sa pièce maîtresse, le radiateur. Plus utile que jamais, le système de refroidissement sert à garder le moteur au frais l’été, en plus de réchauffer la cabine l’hiver, quand on souffle la neige par exemple.

Qui dit radiateur dit aussi antigel. Et c’est ici que les problèmes commencent. D’emblée, on devrait changer l’antigel au même titre qu’on doit changer l’huile à moteur ou l’huile à transmission. Malheureusement, trop de gens l’oublient et que se passe-t-il ensuite? Ben oui, ça brise.

Audrey Lambert, collaboration spéciale

Audrey Lambert, collaboration spéciale

L’antigel, ce n’est pas bon à vie. En principe, on devrait changer l’antigel aux deux ans ou après 2 000 heures de travail. J’ai des clients qui viennent au garage avec des tracteurs datant de 1974 et qui n’ont jamais changé ­l’antigel…

Tout le monde fait le test avec l’appareil qui s’apparente à une petite poire en forme de losange. Le hic, c’est que ça ne vérifie que la densité de l’antigel, à savoir jusqu’à quelle température il gèle ou bout. On se dit donc que tout est correct alors que l’on n’a pas vérifié l’acidité de l’antigel. C’est justement l’acidité qui cause la rouille et qui vient ronger le fer du moteur, ce qui au final provoque des bris.

Ne pas changer l’antigel peut aussi engendrer des dépôts de calcaire dans nos pièces et nuire au bon fonctionnement du système de refroidissement.

Choisir le bon antigel

C’est une chose de changer l’antigel; il faut ensuite choisir le bon. Il en existe trois sortes. Le premier est l’antigel minéral, ou technologie d’acides inorganiques (IAT). C’est le bon vieil antigel que l’on connaît tous, généralement de couleur verte. Premier antigel à être utilisé dans les moteurs, il est conçu pour les plus vieux tracteurs qui ont des radiateurs en cuivre. Attention! La couleur n’indique pas la sorte de l’antigel. À la base, l’antigel est incolore, comme l’eau. Ce sont les fabricants qui décident de lui donner une couleur. Il est donc important de ne pas se fier à la couleur et de vérifier les spécifications sur l’étiquette.

Il existe des bandelettes de test pour vérifier l’acidité de l’antigel.

Il existe des bandelettes de test pour vérifier l’acidité de l’antigel.

En second lieu, on retrouve l’antigel organique, ou technologie d’acides organiques (OAT). C’est l’antigel universel, utilisé avec les tracteurs plus récents qui ont des radiateurs en aluminium. Avec ceux-ci, il y a moins de corrosion. On le dit universel, car il peut aussi fonctionner avec des radiateurs en cuivre, mais attention à ne pas le mélanger avec votre autre antigel. Une bonne vidange du vieux avant de mettre le neuf vous évitera probablement quelques pépins.

Finalement, il y a l’antigel hybride, ou technologie d’acides organiques hybrides (HOAT). Un mélange d’antigel minéral et organique, utilisé seulement par certains constructeurs, mais destiné plutôt aux automobiles.

Le conseil de l’experte : peu importe le modèle de votre tracteur, le meilleur choix, c’est d’acheter un antigel pré-mélangé. Pourquoi? Parce que si vous faites votre mélange maison, l’eau que vous utiliserez contiendra des minéraux, et donc du calcaire. Si vous voulez vraiment faire votre propre mélange, prenez de l’eau déminéralisée.

Dernier détail important, il faut utiliser un antigel pour moteur diesel. Il est mélangé pour éviter les bulles d’air (cavitation) causées par les vibrations associées à ce type de moteur.

Prévenir plutôt que réparer

De nos jours, les tracteurs ont une multitude de capteurs ou de senseurs qui nous avertissent quand quelque chose cloche. C’est bien, mais encore faut-il ne pas les ­ignorer.

De plus, rien n’empêche de faire une bonne petite inspection visuelle. Regardez si vos boyaux sont bien raccordés, si rien ne coule, si ça sent le brûlé. Ce n’est pas compliqué.

Petit indice pour savoir s’il faut changer l’antigel : l’odeur! L’antigel, c’est censé sentir bon, avoir une odeur un peu sucrée. Si on a l’impression de sentir une vieille chaussette ou une odeur amère, c’est le temps de le changer.

On travaille de plus en plus fort et de plus en plus longtemps avec nos machines, mais on ne prend jamais le temps d’entretenir nos pièces et équipements.

Gardez vos radiateurs propres. Enlevez le foin, la bouette, le pollen. Un petit nettoyage régulier peut faire des miracles!

Vous désirez en savoir plus? Consultez la page Facebook Question Agricole ou rendez-vous sur YouTube pour consulter nos capsules.