fbpx
Si vous n’avez pas déjà commandé votre nouvelle motoneige, il sera difficile d’en obtenir une cette année. Mieux vaut donc endurer encore un peu votre motoneige actuelle et lui fournir l’entretien nécessaire pour pouvoir en profiter tout l’hiver.

Si vous n’avez pas déjà commandé votre nouvelle motoneige, il sera difficile d’en obtenir une cette année. Mieux vaut donc endurer encore un peu votre motoneige actuelle et lui fournir l’entretien nécessaire pour pouvoir en profiter tout l’hiver.

Une motoneige, ça s’entretient

L’hiver approche à grands pas et certains agriculteurs prévoient déjà leur prochaine excursion en motoneige au Québec. Engouement soudain ou effet collatéral de la COVID-19, les motoneiges neuves sont très rares par les temps qui courent. On vit un peu la même chose avec les motoneiges qu’avec les VTT et les moto-cross; les usines ne fournissent tout simplement plus à la demande. C’est un peu comme si tout le monde s’était découvert une nouvelle passion pour le sport en plein air.

Audrey Lambert, collaboration spéciale

Audrey Lambert, collaboration spéciale

Si vous n’avez pas déjà commandé votre nouvelle motoneige, il sera difficile d’en obtenir une cette année. Mieux vaut donc endurer encore un peu votre motoneige actuelle et lui fournir l’entretien nécessaire pour pouvoir en profiter tout l’hiver. Voici quelques conseils pour vous aider à être fin prêt pour commencer la saison.

Entretien

D’abord, il faut inspecter tout ce qui a rapport avec les skis. Est-ce que les lisses sont encore bonnes ou est-ce qu’elles doivent être changées? Veillez à ce que les carbures soient bien tranchants et bien alignés. Avez-vous du lousse dans votre conduite? Si oui, vérifiez si vos bagues (bushing) sont bien en place ou si vous devriez les changer.

Vérifiez ensuite l’état de votre courroie d’entraînement et la tension de celle-ci ainsi que la poulie. Vous pouvez enlever la poussière avec de l’air comprimé et ensuite nettoyer les ailettes.

L’idéal serait de changer la courroie et de garder l’ancienne comme pièce de rechange (à condition bien sûr de la ranger au bon endroit et de ne pas la laisser traîner dans le champ). Au moment d’installer la nouvelle courroie ou de régler la tension de la courroie existante, assurez-vous de placer la partie la plus basse des dents sur la surface externe de la courroie d’entraînement, en vous assurant qu’elle est alignée avec le bord de la poulie menée. La tension de la courroie et la propreté de la poulie sont essentielles pour obtenir un régime moteur optimal.

Embrayage

Après être allé entreposer votre courroie dans le garage, attardez-vous à vérifier vos embrayages (clutch). Il y en a deux. La menée et la menante ou la primaire et la secondaire. Si vous n’êtes pas à l’aise pour cette étape, n’hésitez pas à vous rendre au garage pour une petite vérification. Il y a une multitude de petites composantes, notamment des patins de plastique qui font en sorte que la clutch ouvre et ferme, ou en d’autres mots, fait son travail de clutch. À un certain moment, selon le kilométrage de votre machine, il devient primordial de la faire vérifier pour éviter que celle-ci ne lâche en pleine promenade.

Filtreur à gaz et huiles

Idéalement, il faudrait changer le filtre à essence une fois par année, en début de saison. C’est du moins mon conseil pour s’éviter des problèmes. Il y a fort possiblement une graine ou un peu d’eau qui se sont infiltrés et qui finissent toujours par causer des ennuis.

Ensuite, faites le plein des huiles et des liquides. Changez l’huile de votre boîtier (aussi appelé carter) de chaîne (chain case). Il est recommandé de changer l’huile environ aux 2 400 km. Profitez-en aussi pour penser à votre antigel. C’est ce qui répartit la chaleur de votre moteur. Assurez-vous qu’il n’y a pas de fuites.

Chenille

Pour la chenille, commencez par relever votre machine par l’arrière et vérifiez la tension de celle-ci et son alignement. Regardez ensuite s’il y a des déchirures, des parties arrachées, etc. Si vous avez ajouté des crampons à votre chenille, vérifiez si des crampons manquent ou si des renforts sont endommagés. Faites tourner la chenille pour voir si elle est bien centrée et si tout fonctionne bien. Prenez le temps de jeter un coup d’œil aux roulettes et aux glissières. Vérifiez la ligne d’usure visible sur toute la longueur, et si les glissières semblent être usées, n’hésitez pas à les remplacer.

La plupart du temps, ces pièces sont faites en plastique ou dans un matériau qui s’use. Quand vous circulez sur une piste bien glacée ou simplement sur une route où il n’y a plus beaucoup de neige, la pièce peut surchauffer et s’user prématurément.

Pièces de rechange

Vous êtes seulement à quelques jours de votre excursion en motoneige et vous vous rendez compte qu’il vous faut changer une pièce? Rien n’est plus désolant que de réaliser deux ou trois jours avant son voyage que l’on doit changer une pièce et de se rendre compte que la pièce en question ne sera pas disponible avant six jours. Attention aux délais de livraison.

Pour éviter tout désagrément, prévoyez au moins une semaine pour la livraison d’une pièce (même pour une pièce jobber achetée sur Internet). Il se peut que la pièce arrive avant ou que le concessionnaire ait ce qu’il vous faut en inventaire, mais le contraire est aussi possible. Ne prenez donc pas de risque et assurez-vous d’être paré à toute éventualité. Soyez prévoyant, autant pour la planification de votre voyage que pour l’entretien de votre machine et vos pièces de rechange. 

Ce texte a été publié dans l’édition d’octobre 2021 de notre cahier L’UtiliTerre.