fbpx
Les petites céréales nécessitent une gestion différente pour obtenir un ensilage de qualité optimale. Photo : Gracieuseté du CQPF

Les petites céréales nécessitent une gestion différente pour obtenir un ensilage de qualité optimale. Photo : Gracieuseté du CQPF

Produire un ensilage de petites céréales de haute qualité

L’ensilage de maïs est l’une des cultures les plus couramment utilisées par les éleveurs de bovins du Québec. L’une des préoccupations liées à ce type d’ensilage est l’érosion qui se produit lorsque le sol est exposé entre les cultures. C’est pourquoi les ensilages d’avoine, de seigle, d’orge, de blé et de triticale se révèlent être de bons choix lorsqu’on cherche à maintenir la qualité du sol.

Pour les producteurs qui connaissent bien l’ensilage de maïs de haute qualité, la transition vers l’ensilage de petites céréales nécessite des changements mineurs, mais importants. Bien que ces cultures fermentent bien, les petites céréales nécessitent une gestion différente pour obtenir un ensilage de qualité optimale.

La première considération est l’humidité. Des ressources sont disponibles et offrent des conseils sur le moment de la récolte des petites céréales pour maximiser la digestibilité ou augmenter le rendement. Ces guides suggèrent d’ensiler les petites céréales à 35 % de matière sèche (65 % d’humidité). Comme les petites céréales sont coupées et fanées avant d’être hachées, il est difficile de cibler précisément 65 % d’humidité. Les petites céréales sèchent rapidement et comme elles sont récoltées pendant les mois les plus chauds, elles sont souvent trop sèches. Une bonne sonde d’humidité est très utile et peut augmenter la probabilité de hacher les petites céréales au taux d’humidité ciblé.

La deuxième différence avec l’ensilage de maïs est la tige creuse des petites céréales. Celles-ci sont difficiles à tasser et peuvent fonctionner comme des pailles pour retenir l’oxygène dans l’ensilage. L’affûtage des couteaux avant de hacher l’ensilage de petites céréales et le hachage à une longueur de 3/8 à 1/2 po aideront à réduire l’oxygène emprisonné et à assurer une fermentation plus complète.

Enfin, on peut utiliser des additifs pour améliorer la fermentation. Les inoculants et les acides organiques sont deux produits couramment utilisés. Les inoculants sont des bactéries qui produisent de l’acide lactique. Les bactéries productrices d’acide lactique se trouvent dans l’ensilage, mais pas toujours en nombre suffisant pour provoquer une fermentation naturelle. En utilisant des inoculants, les producteurs ajoutent plus de bactéries pour obtenir une fermentation plus complète. Les acides organiques contrôlent la croissance des moisissures non bénéfiques et des levures sauvages. Lorsqu’on contrôle ces organismes, on permet aux bactéries de fermentation naturelle de se développer plus efficacement.

Les petites céréales peuvent constituer un excellent ensilage pour les veaux, les génisses et les vaches. En procédant à des changements mineurs dans la gestion, on peut s’assurer de produire un ensilage de haute qualité, saison après saison. 

Eugene Rodberg, gestionnaire de produits senior, Kemin Industries