fbpx
On peut présumer que cet échantillon ne fournira pas des résultats d’analyses suffisamment représentatifs pour la formulation d’une ration. Photo : Gracieuseté

On peut présumer que cet échantillon ne fournira pas des résultats d’analyses suffisamment représentatifs pour la formulation d’une ration. Photo : Gracieuseté

L’importance d’un bon échantillonnage

L’analyse des fourrages est à la base de toute formulation de ration pour les ruminants. Une variation entre les résultats d’analyses et la composition réelle des fourrages affectera la précision de la ration et pourrait engendrer des pertes de production. La technique d’échantillonnage est le ­facteur principal qui peut expliquer une telle variation.

Dans les laboratoires d’analyse, il est encore trop fréquent de recevoir des échantillons comme celui représenté sur la photo. Dans ce cas, on parle clairement d’un échantillonnage inadéquat pour obtenir des résultats fiables. On peut présumer que cet échantillon ne fournira pas des résultats d’analyses suffisamment représentatifs pour la formulation d’une ration. Pourquoi? D’une part, la fibre est trop longue et il sera impossible de traiter l’échantillon avec les équipements du laboratoire. D’autre part, il semble évident que cet échantillon a été prélevé à un ou deux endroits seulement dans la balle de foin. Les résultats d’analyses, si celles-ci étaient possibles, ne seraient donc pas représentatifs de cette balle de foin dans son ensemble.

Multiplier les échantillons par lot de fourrage

La protéine brute (PB) varie en fonction du nombre d’échantillons par lot d’ensilage. Si l’analyse d’un lot de fourrage indique 21 % de protéine brute (PB) et que ce lot a été échantillonné uniquement à trois endroits, la valeur réelle se trouvera quelque part entre 18,4 et 23,6 % de PB. Cependant, si ce même lot de fourrage est échantillonné à 20 endroits différents et possède une valeur moyenne de 21 % de PB, la valeur réelle se trouvera plutôt entre 19,5 et 21,5 % de PB. Ainsi, si l’analyse sous-estime la qualité du fourrage, cette très grande variabilité de la protéine brute peut entraîner une surutilisation des concentrés, ce qui réduira la rentabilité de l’entreprise. Si, au contraire, l’analyse surestime la qualité des fourrages, la production de lait diminuera par manque de protéines dans la ration.

Un second facteur d’importance pour s’assurer de la qualité de l’échantillonnage est d’utiliser la technique appropriée selon le type d’entreposage. Pour s’assurer d’employer la bonne technique, on peut consulter le Guide interactif sur l’interprétation des analyses d’ensilages, qui est disponible à la page suivante :

www.valacta.com/biblio/guide-sur-­interpretation-analyses-ensilage

Maxime Leduc, Ph. D. et agr.