fbpx
Le magnésium est indispensable à la fixation de l’azote de l’air par les bactéries nodulatrices (rhizobium) présentes sur les racines des légumineuses, comme le trèfle et la luzerne. Photo : Martin Ménard/Archives TCN

Le magnésium est indispensable à la fixation de l’azote de l’air par les bactéries nodulatrices (rhizobium) présentes sur les racines des légumineuses, comme le trèfle et la luzerne. Photo : Martin Ménard/Archives TCN

Le magnésium dans la fertilisation des plantes fourragères

Le magnésium est un élément essentiel à la croissance des végétaux. Il est donc essentiel à l’obtention de bons rendements et de foin de qualité. Dans la plante, il joue plusieurs rôles. En plus d’être l’atome central de la chlorophylle, molécule impliquée dans la photosynthèse, il est nécessaire à la synthèse des protéines et des lipides, et est impliqué dans le transport du phosphore. Il est indispensable à la fixation de l’azote de l’air par les bactéries nodulatrices (rhizobium) présentes sur les racines des légumineuses, dont le trèfle et la luzerne. 

Le magnésium est important pour les plantes fourragères, qui en exportent des quantités moyennes de 10 à 20 kg/ha annuellement. Dans le sol, le magnésium est en interaction avec plusieurs autres éléments. L’interaction la plus importante est celle qui touche le potassium. Ces deux éléments compétitionnent entre eux sur le plan de leur rétention sur les particules de sol et de leur absorption par la plante. Lorsque le niveau de potassium disponible dans le sol est de 2 à 5 fois plus élevé que celui du magnésium, le potassium peut empêcher une assimilation suffisante du magnésium par la plante et ainsi créer une carence en magnésium. Un équilibre entre ces deux éléments doit donc être recherché. Le magnésium interagit également avec l’aluminium et le manganèse et peut diminuer leur phytotoxicité lorsqu’ils sont présents sous des formes disponibles dans le sol en fortes concentrations. 

Puisque plus de 50 % des sols québécois sont pauvres en magnésium, et ce, surtout pour les sols sableux, la fertilisation en magnésium doit être considérée. Le magnésium peut être appliqué sous forme d’engrais (sulfate de magnésium, oxyde de magnésium) ou d’amendement (chaux dolomitique, chaux magnésienne, sous-produit industriel tel que le Mag III-M). 

Étant donné l’importance du magnésium dans la ration alimentaire des bovins et son importance pour la production des fourrages, la connaissance du niveau de fertilité des sols en magnésium obtenue par des analyses de sol réalisées régulièrement et l’enrichissement des sols en magnésium, lorsque nécessaire, sont primordiaux. N’oubliez donc pas le magnésium lors de votre prochaine planification de la fertilisation de vos fourrages!  

Jean-Pierre Deland, agr.