fbpx
La famille Éthier a réussi à obtenir de meilleurs rendements de cueillette de la part des adolescents en mettant en place des séances d’information sur le travail agricole.

La famille Éthier a réussi à obtenir de meilleurs rendements de cueillette de la part des adolescents en mettant en place des séances d’information sur le travail agricole.

Au pays des petits fruits remporte le concours Ma ferme, mon monde

La ferme Au pays des petits fruits, de Mirabel dans les Laurentides, a remporté les grands honneurs au concours Ma ferme, mon monde et la ferme laitière Val-Lait, de Stoke en Estrie, a obtenu la mention spéciale du jury. Leurs pratiques innovantes en matière de ressources humaines se sont démarquées parmi 13 fermes en lice.

La famille Éthier, propriétaire de la ferme Au pays des petits fruits, qui produit des fraises, des framboises et des bleuets, a su diversifier son équipe de travail en employant une trentaine de jeunes de 12 à 15 ans par jour durant la haute saison pour compléter son équipe de 15 travailleurs étrangers temporaires. Gérer une équipe d’adolescents n’est pas de tout repos, mais la famille a réussi à obtenir de meilleurs rendements de cueillette en mettant en place des séances d’information sur le travail agricole et en incluant les parents. « Depuis qu’on fait ces rencontres-là, les jeunes arrivent préparés, avec l’équipement qu’il faut », explique la copropriétaire Chantal Demers. « Chaque matin, je les rassemble et leur explique ce qui se déroulera, ajoute son fils Gabriel Éthier. Naturellement, après dîner, ils peuvent avoir oublié ce que j’ai dit le matin. Je vais alors refaire exactement le même speech que j’ai fait le matin. Ça peut être fatigant pour nous de répéter, mais ça fait en sorte que le travail se fait mieux. » Les jeunes comprennent ainsi la valeur de l’argent qu’ils gagnent à la sueur de leur front.

De son côté, la ferme Val-Lait a su mettre en place des outils de ressources humaines pour s’adapter efficacement à une équipe d’employés et de gestionnaires grandissante. Par exemple, l’équipe se réunit tous les lundis matin pour orienter les travaux de la ferme à court et à moyen terme. Les gestionnaires ont suivi des formations en ressources humaines et les employés, des cours de français, des formations en insémination ou sur les méthodes de traite. « Par exemple, quand un Guatémaltèque est avec le vétérinaire, il va comprendre ce que le vet lui dit et sera capable de lui montrer des choses grâce à ces formations », explique la copropriétaire Liliane Gagnon. Les employés sont aussi formés grâce aux programmes d’apprentissages en milieu de travail.