fbpx
Crédit photo : Martin Ménard/TCN

Crédit photo : Martin Ménard/TCN

Prix du lait en baisse de 4,44 $ en Ontario

L’introduction d’une nouvelle classe de lait le mois dernier en Ontario s’est traduite par une réduction de 4,44 $/hectolitre du prix payé aux producteurs comparativement au mois précédent.

Malgré cette baisse, les Producteurs de lait de l’Ontario (DFO) parlent d’un « succès » de la création de leur nouvelle classe d’ingrédients laitiers.

Introduite le 1er avril dernier, précise-t-on, cette classe 6 est responsable de la moitié (2,27 $/hl) de la diminution totale. La seconde portion de la baisse (2,17 $/hl) résulte des fluctuations habituelles attribuables à divers facteurs comme les rajustements de pool. Le prix harmonisé payé aux producteurs s’est ainsi établi à 72,49 $/hl.

À titre comparatif seulement et selon la mesure utilisée au Québec (hectolitre standard), le prix en Ontario équivaudrait à 66,44 $/hl, pour une baisse de 3,85 $/hl. 

Le directeur des communications chez les DFO, Graham Lloyd, indique que cette baisse était appréhendée. L’idée, ajoute-t-il, est d’offrir une classe compétitive qui incitera les transformateurs à utiliser des protéines canadiennes plutôt que des importations comme le lait diafiltré.

« Nous avions prévenu nos producteurs, a-t-il affirmé en entrevue téléphonique, qu’il y aurait une baisse du prix harmonisé au début jusqu’à ce que le marché utilise les protéines canadiennes. On pourrait alors commencer à retirer le lait écrémé qu’on destine à l’alimentation animale de la classe 4m vers la classe 6, mieux payée. »

« Nous savions, a-t-il ajouté, que nous n’irions pas plus bas que ce qui serait arrivé, peu importe les circonstances. Selon les prévisions, le système s’en allait vers ça de toute façon. »

Par ailleurs, les représentants des producteurs et transformateurs de lait au pays sont de nouveau réunis aujourd’hui pour une séance de négociations. L’objectif des discussions est de parvenir à une entente nationale qui permettrait entre autres de valoriser les surplus de solides non gras.