fbpx
L’annonce a été accueillie prudemment par les Agricultrices du Québec. Photo : Shutterstock.com 

L’annonce a été accueillie prudemment par les Agricultrices du Québec. Photo : Shutterstock.com 

Près d’un milliard de prêts aux agricultrices

Dix-huit mois seulement après sa création, le programme Femme entrepreneure de Financement agricole Canada (FAC) a accordé 1 391 prêts pour un total de 994,5 M$.

L’annonce a été faite par Marie-Claude Bibeau, ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire. En entrevue, Mme Bibeau estime qu’il « est emballant de voir le nombre de femmes ayant manifesté leur intérêt. En même temps [cela] révèle l’ampleur du défi. On a identifié ce programme parce qu’on voyait qu’il y avait une problématique d’accès au crédit. »

Marie-Claude Bibeau

Marie-Claude Bibeau

Lancé en mars 2019, le programme prévoyait un financement initial de 500 M$ pour les agricultrices détenant des parts dans une entreprise agricole ou agroalimentaire avec comme objectif de contribuer à doubler le nombre d’entreprises détenues par des femmes d’ici 2025. En mars dernier, le financement est passé à un milliard de dollars.

Si Mme Bibeau juge qu’il est « encore prématuré » pour tirer des conclusions, elle croit que le programme a « certainement permis d’aider des entrepreneures à se lancer en affaires ou à accroître leurs parts dans une entreprise ».

Critique pour le Bloc québécois en matière d’agriculture, Yves Perron salue l’initiative du programme en émettant quelques réserves. « Considérant le niveau d’endettement des fermes, l’injection de fonds ne serait-elle pas plus appropriée que des prêts? demande-t-il. De façon générale, il faudrait augmenter le soutien à l’agriculture et c’était d’autant plus vrai dans le contexte actuel », souligne le député de Berthier-Maskinongé.

De son côté, la présidente des Agricultrices du Québec, Jeannine Messier, accueille prudemment cette annonce. « Nous sommes contentes que le fédéral soutienne les femmes. Cependant, ça demeure des prêts qu’il faudra rembourser. »

L’annonce de la ministre a été faite au cours d’une table ronde réunissant des leaders féminines de l’agriculture. Jeannine Messier déplore que son association n’ait pas été invitée à la discussion. « C’est dommage, car on aurait voulu amener notre vision et proposer nos suggestions. » L’attaché de la ministre, Jean-Sébastien Comeau, assure qu’il s’agissait d’une omission involontaire. « Mme Bibeau est prête à les rencontrer si l’invitation est lancée. »

Le poids du Québec?

Yves Perron

Yves Perron

Au moment de l’annonce, Mme Bibeau disait ignorer le nombre de prêts consentis à des Québécoises. Vérification faite auprès de Financement agricole Canada, 88 prêts ont été effectués auprès d’agricultrices du Québec pour un total de 78,5 M$, soit environ 7,9 % des 994,5 M$ alloués. Considérant que la Belle province générait 14 % des revenus agricoles bruts du Canada en 2019, c’est « peu pour les entreprises d’ici », déplore le bloquiste Yves Perron.

L’institution assure que les prêts sont accordés en fonction des demandes reçues et qu’aucun « quotas ou limite » du nombre de prêts n’est appliqué aux provinces, explique en entrevue Vincent Giard, vice-président aux opérations pour le Québec et l’Est de l’Ontario à FAC.

« La proportion des prêts [accordés aux entrepreneures québécoises] par rapport au poids économique agricole n’est pas parfaitement corrélée parce que ce ne sont pas toutes les agricultrices du Québec qui sont nos clientes, poursuit M. Giard. Le programme n’a pas d’enveloppe fermée et elles peuvent continuer à soumettre leur candidature. »