fbpx
Jean Rousselle a été nommé porte-parole en matière d’agriculture du PLQ. Photo : Gracieuseté d’Anabela Monteiro

Jean Rousselle a été nommé porte-parole en matière d’agriculture du PLQ. Photo : Gracieuseté d’Anabela Monteiro

Nouveau porte-parole agricole au Parti libéral

Le député de Vimont, Jean Rousselle, est devenu le porte-parole du Parti libéral du Québec (PLQ) en matière d’agriculture après que la nouvelle cheffe de l’opposition officielle, Dominique Anglade, ait procédé au remaniement de son cabinet fantôme le 16 juin à Québec. Jean Rousselle succède à Marie Montpetit, qui hérite pour sa part de la Santé.

L’ancien policier de Laval a été élu sous les couleurs libérales en 2012 et a, sans surprise, d’abord été porte-parole en matière de sécurité publique. Le dossier agricole est relativement nouveau, mais pas inconnu pour lui. « Je ne viens pas d’une famille d’agriculteurs, mais à Vimont où j’ai été élevé, j’ai beaucoup travaillé [dans les champs]. C’est de cette façon que je gagnais mes sous. J’ai ramassé des concombres, des tomates, des fraises, etc. J’ai fait ça toute ma jeunesse […] et j’aimais ça », dit-il. L’homme côtoie les agriculteurs de sa circonscription et dit connaître leur réalité, mais pour  parfaire ses connaissances des dossiers de l’heure, le député prévoit rencontrer Marie Montpetit ainsi que son bon ami Laurent Lessard, qui a été ministre de l’Agriculture. Il effectuera également, dans la mesure du possible, une tournée du Québec afin d’aller à la rencontre des associations régionales d’agriculture, mais également pour discuter avec les plus petits producteurs.

Il souligne que la vitalité des régions, l’importance de l’achat local et le soutien psychologique des agriculteurs sont des sujets sur lesquels il travaillera dans les prochains mois. « Je pense qu’il faut prendre davantage soin de nos agriculteurs. J’espère [que la COVID-19 nous conscientisera davantage sur l’agriculture] locale et si on veut vitaliser nos régions et faire attention à nos agriculteurs, il faudra mettre des sous », conclut-il.