André Lamontagne. Photo gracieuseté de la CAQ

André Lamontagne. Photo gracieuseté de la CAQ

André Lamontagne, ministre de l’Agriculture

Le premier ministre François Legault nomme André Lamontagne à la tête du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec.

Originaire de Saint-Félicien, André Lamontagne n’a pas le profil traditionnel pour le poste qui lui a été confié. L’homme de 58 ans a été propriétaire de plusieurs entreprises privées et investisseur dans le domaine de l’aviation et des technologies. De plus, il a été propriétaire de trois supermarchés entre 1986 et 1998. André Lamontagne est également ministre responsable de la région du Centre-du-Québec. Il détient un baccalauréat en administration des affaires de l’Université Laval.

Treize femmes et treize hommes constituent le conseil des ministres du cabinet de François Legault, un gouvernement paritaire.

Dans le discours du premier ministre, il n’a été nullement question d’agriculture, mais François Legault dit avoir une sincère préoccupation pour les défis environnementaux. « On doit en faire plus pour lutter contre les changements climatiques », a indiqué le premier ministre. D’ailleurs, la ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques est MarieChantal Chassé.

Le président de l’Union des producteurs agricoles (UPA), Marcel Groleau, accueille favorablement la nomination du nouveau ministre de l’Agriculture qu’il a rencontré à titre de député dans le Centre-du-Québec et qui a démontré sa facilité à communiquer. Son expérience dans le secteur économique lui permettra de comprendre la réalité des entrepreneurs agricoles et ses connaissances en tant qu’ancien propriétaire de supermarchés, l’importance de l’achat local. « On a hâte de travailler avec lui », soutient M. Groleau.

Un vent de renouveau souffle avec ce gouvernement. Le président de l’UPA se dit aussi satisfait du dynamisme de ce gouvernement. « Le Québec peut vivre une période intéressante dans les années à venir », souligne M. Groleau.

Voici les autres nominations d’intérêt pour le secteur agricole :

  • Pierre Dufour est à la tête du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs et responsable de l’Abitibi-Témiscamingue et de la région du Nord-du-Québec;
  • Andrée Laforest, députée de Chicoutimi, hérite du ministère des Affaires municipales et de l’Habitation;
  • Marie-Ève Proulx est la ministre déléguée au développement économique régional et ministre responsable des régions de Chaudière-Appalaches, du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie-Les Îles;
  • Éric Girard hérite du ministère des Finances et sera responsable de la région de Laval;
  • Pierre Fitzgibbon est ministre de l’Économie et de l’Innovation.

Contre toute attente, Sylvie D’Amours a été nommée ministre des Affaires autochtones et responsable de la région des Laurentides.