fbpx

Crédits de taxes: l’argent doit-il obligatoirement venir du MAPAQ?

« Le remboursement de taxes aux municipalités doit-il venir obligatoirement du budget du ministère de l’Agriculture du Québec [MAPAQ)]?

Ne pourrait-il pas mettre à contribution le ministère des Finances ou le Conseil du trésor? » Voilà l’une des ouvertures mentionnées à la Terre par le premier agriculteur à présider les destinées de la Fédération québécoise des municipalités (FQM), Richard Lehoux, le 6 mars dernier.

« Je comprends la grande inquiétude des agriculteurs qui constatent que la hausse continue des remboursements ampute de plus en plus le budget du MAPAQ, a-t-il expliqué. Il y a là un choix de société à faire et le milieu agricole ne doit pas nécessairement être le seul à le soutenir. »

Autre convergence avec l’Union des producteurs agricoles (UPA) : « Après 10 ans, il y a peut-être une modification à faire au Règlement sur les exploitations agricoles (REA), qui empêche l’agrandissement de superficies en cultures en zone verte dans les bassins dits dégradés par un surplus de phosphore », a commenté M. Lehoux. Il faut regarder ce qu’a fait le milieu agricole durant cette décennie et réévaluer la pertinence des barrières édictées.

Assistons-nous au début d’une ère de collaboration tissée plus serrée entre les mondes municipal et agricole? « La concertation et la coopération s’imposent, car les activités agricoles et l’agroalimentaire constituent un moteur économique important pour plusieurs régions du Québec », a avancé M. Lehoux. À ses yeux, les plans de développement de la zone agricole (PDZA) offrent l’opportunité aux milieux agricole et municipal de déterminer ensemble l’orientation du développement en zone rurale, « c’est un must ». À cet égard, les gouvernements doivent injecter des sommes plus importantes afin d’offrir aux ruraux des services Internet et de téléphonie cellulaire appropriés, a fait valoir le préfet de la municipalité régionale de comté (MRC) de la Nouvelle-Beauce.

Reportage complet dans l’édition du 2 avril prochain du journal La Terre de chez nous.