fbpx
Après avoir été congédié en janvier, Louis Robert peut maintenant réintégrer son poste au ministère de l’Agriculture. Photo : Martin Ménard / TCN

Après avoir été congédié en janvier, Louis Robert peut maintenant réintégrer son poste au ministère de l’Agriculture. Photo : Martin Ménard / TCN

Blâmé, le MAPAQ disposé à réintégrer Louis Robert

En réaction au rapport accablant de la Protectrice du citoyen sur le traitement réservé au lanceur d’alerte Louis Robert par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ), le ministre André Lamontagne a indiqué que l’agronome pouvait réintégrer la fonction publique.

Dans son rapport dévoilé le 13 juin, la Protectrice du citoyen conclut qu’un manquement grave a été commis dans le processus de divulgation au MAPAQ. En effet, Marie Rinfret affirme que la confidentialité de celui qui a dénoncé une faute déontologique dans la recherche sur les pesticides n’a pas été respectée à plusieurs égards. Rappelons que M. Robert a été congédié en janvier après avoir informé les médias de la situation.

« Dès le moment où la responsable du suivi des divulgations a reçu la divulgation, elle en a confié la responsabilité à une personne qui n’avait pas l’autorité pour la traiter, donc déjà le nom du divulgateur était partagé. Ensuite, en informant la plus haute autorité du ministère, le sous-ministre, qu’il y avait une divulgation, le nom a été dévoilé. C’est un manquement majeur », a indiqué Mme Rinfret, en conférence de presse.

Le même jour, le sous-ministre Marc Dion a annoncé sa démission, lui qui s’apprêtait à prendre sa retraite le 19 juillet

Recommandations

La Protectrice du citoyen a demandé des redressements pressants et importants. « C’est un problème structurel. Le mécanisme est correct, c’est dans son application que la loi a été perdue de vue », a indiqué Mme Rinfret.

Le MAPAQ a en fait jusqu’au 30 juillet pour établir un plan d’action censé corriger la situation et jusqu’au 30 septembre pour présenter un bilan des mesures mises en œuvre.

Le ministre Lamontagne a annoncé que dans les six mois à venir, tout acte de divulgation formulé à l’égard du MAPAQ sera traité par la Protectrice du citoyen.

Plus de détails à venir dans la prochaine édition de La Terre de chez nous.