fbpx
Au cours de leur vie, les poulets vont développer leur protection immunitaire, mais deux à trois cycles de réinfection sont exigés avant d’avoir une immunité efficace, et la réponse immunitaire ne protège que contre l’espèce rencontrée. Archives / TCN

Au cours de leur vie, les poulets vont développer leur protection immunitaire, mais deux à trois cycles de réinfection sont exigés avant d’avoir une immunité efficace, et la réponse immunitaire ne protège que contre l’espèce rencontrée. Archives / TCN

Agents pathogènes chez le porc et la volaille : où en est la recherche?

Notre monde est rempli de microbes. Saviez-vous que 1 g de plaque dentaire contient 1 × 1011 bactéries, soit un nombre correspondant à la quantité d’humains qui ont vécu sur Terre depuis le début de l’humanité?

Or, moins de 1 % des microbes sont pathogènes. Grâce aux mesures de biosécurité et aux protocoles de régie d’élevage et de pratiques vétérinaires, seulement une vingtaine de maladies infectieuses sont retrouvées régulièrement au sein des élevages aviaires ou porcins. Mais le coût économique d’une seule infection microbienne peut être majeur pour une production animale.

Les producteurs de porcs, surtout ceux qui préparent la moulée à la ferme, surveillent chaque année les signes de contamination des grains, dont le maïs aux mycotoxines, afin d’éviter des problèmes d’infertilité, de perte d’appétit ou d’immunosuppression. Une mycotoxine notamment, le désoxynivalénol (DON), nuit à la réponse vaccinale face au virus du syndrome reproducteur et respiratoire porcin (SRRP) chez les porcelets, mais diminue aussi la multiplication et la présence du virus du SRRP dans le sang des animaux.

Les additifs alimentaires vendus actuellement pour réduire l’impact du DON ne sont pas tous efficaces. Ceux constitués d’un mélange d’antioxydants, d’acides aminés et de composés de conservation semblent restaurer en partie les performances de croissance et l’architecture « poilue » des parois intestinales requise pour maximiser les surfaces d’absorption des aliments pour les porcs.

À l’heure actuelle, de nombreux travaux ont démontré l’existence d’une communication moléculaire de la flore microbienne intestinale vers le cerveau par la voie neuroendocrine (molécules, hormones qui stimulent le nerf vague, notamment). Des recherches s’intéressent actuellement à l’impact des mycotoxines sur le réseau neuroendocrinien des porcs afin de déterminer d’autres cibles pour contrer les effets des mycotoxines.

Chez les poulets

La coccidiose est due à six espèces du parasite Eimeria. Au cours de leur vie, les poulets vont développer leur protection immunitaire, mais deux à trois cycles de réinfection sont exigés avant d’avoir une immunité efficace, et la réponse immunitaire ne protège que contre ­l’espèce rencontrée. Comme la durée de vie en élevage est courte, le temps requis pour atteindre l’immunité naturelle est dépassé.

On comprend alors pourquoi il est important, mais aussi si difficile, de produire une vaccination efficace contre les six Eimeria. Plusieurs anticoccidiens sont en fait des antibiotiques. La résistance aux anticoccidiens se développant, le consommateur souhaite que leur usage soit éliminé en élevage. La prévention sanitaire, incluant la vaccination, est donc le seul moyen actuel permettant de limiter le risque sanitaire. Heureusement, de nouvelles technologies vaccinales sont en émergence.

Cécile Crost, Christopher Fernandez Prada, Younès Chorfi 
Faculté de médecine vétérinaire, Université de Montréal

Cours gratuit en ligne

Vous êtes curieux d’en savoir plus sur les récentes découvertes sur ces deux sujets? Deux experts, Dr Younès Chorfi et Dr Christopher Prada de la Faculté de médecine vétérinaire (FMV) de l’Université de Montréal, ont préparé un cours gratuit en ligne de type MOOC (Massive Open Online Course) intitulé Agents pathogènes chez le porc et la volaille. D’une durée de 3 heures, ce cours présente des connaissances de pointe, issues de la recherche menée à la FMV par des membres du Centre de recherche en infectiologie porcine et avicole (CRIPA-FRQNT). Ce cours en ligne est à réaliser à votre rythme : catalogue.edulib.org/fr/cours/PATHPV-1/.