fbpx
L’entreprise a délaissé le marché au détail pour se concentrer à développer et à fabriquer ses propres produits et à les commercialiser par l’intermédiaire d’un réseau de détaillants. Photos : Gracieuseté d’Agro-100

L’entreprise a délaissé le marché au détail pour se concentrer à développer et à fabriquer ses propres produits et à les commercialiser par l’intermédiaire d’un réseau de détaillants. Photos : Gracieuseté d’Agro-100

Un pari audacieux et rentable pour Agro-100

Lorsqu’en 2019, Agro-100 décide de se concentrer exclusivement sur les fertilisants développés, fabriqués et commercialisés par ses propres équipes, délaissant parallèlement la vente directe aux producteurs agricoles et les marchés de la phytoprotection et des semences, le pari était aussi audacieux que risqué.

« Au début du virage, ce n’était pas encore clair, mais deux ans plus tard, ça l’est devenu et les résultats démontrent qu’on a pris les bonnes décisions en fonction de notre modèle d’affaires, en se concentrant sur notre rôle de manufacturier », déclare Stéphane Beaucage, président et directeur général de l’entreprise de Joliette dont les produits fertilisants sont utilisés dans les grandes cultures, les cultures maraîchères et fruitières ainsi que dans les champs de pommes de terre.

Agro-100 a développé des technologies de produits  écoresponsables qui maximisent le prélèvement  des nutriments par la plante et réduisent les stress liés aux applications de pesticides.

Agro-100 a développé des technologies de produits écoresponsables qui maximisent le prélèvement des nutriments par la plante et réduisent les stress liés aux applications de pesticides.

Roulant depuis sur une augmentation de ses revenus de 15 % sur une base annuelle, Agro-100 a pendant cette période accentué sa présence au Mexique et dans l’Ouest canadien où elle entend devenir une référence comme elle l’est déjà sur les marchés du Québec et de l’Ontario avec son réseau de 75 détaillants et ses 5 sites d’entreposage (Cambridge et Bowmanville en Ontario; Berthierville, Crabtree et Sainte-Marthe-de-Vaudreuil au Québec).

Un directeur des ventes a été nommé l’automne dernier pour les provinces de la Saskatchewan et de l’Alberta et les efforts consentis au Mexique commencent aussi à rapporter, comme en fait foi l’augmentation des ventes de 30 % en 2020 malgré la pandémie. L’entreprise est également active aux États-Unis avec un réseau d’une dizaine de représentants.

« Nous sommes présents dans le nord-ouest du Mexique dans des États où l’agriculture est très intensive, avec de très grosses fermes qui appliquent des fertilisants foliaires. Nous avons deux représentants à temps plein là-bas pour assurer le soutien agronomique de nos produits. Les agriculteurs mexicains sont très ouverts à l’utilisation de biostimulants, qui est une branche sur laquelle on met beaucoup d’efforts dans notre département de R&D », poursuit Stéphane Beaucage.

Marché des biostimulants

Agro-100 a fait une percée majeure dans le marché des biostimulants lors de l’acquisition d’Axter Agroscience, au début de l’année 2021. Leader dans le domaine, l’entreprise de Mont-Saint-Hilaire a développé des technologies de produits écoresponsables qui maximisent le prélèvement des nutriments par la plante et réduisent les stress liés aux applications de pesticides.

« Notre gamme de fertilisants foliaires liquides a déjà fait ses preuves à titre de nutriment. On compte intégrer les technologies développées par Axter dans nos propres produits. On mène cet été des tests sur plusieurs parcelles pour mesurer les performances. C’est toute une nouvelle série d’opportunités qui s’ouvrent à nous à partir de maintenant », entrevoit le président et directeur général.

Agro-100 a fait une percée majeure dans le marché des biostimulants lors de l’acquisition d’Axter Agroscience, au début de l’année 2021.

Agro-100 a fait une percée majeure dans le marché des biostimulants lors de l’acquisition d’Axter Agroscience, au début de l’année 2021.

Toute la gamme de nutrichaulants participe également à l’essor de l’entreprise depuis 1990. « La revalorisation des matières résiduelles fertilisantes comme les poussières des fours de cimenterie, ça fait partie des histoires à succès qui ont fait la réputation d’Agro-100. Dans les conditions actuelles du marché, avec le prix du potassium toujours en augmentation, l’utilisation d’un produit comme le proKa va engendrer beaucoup d’économies pour le producteur. C’est une bonne opportunité d’affaires pour nous, mais aussi pour la clientèle agricole dans une optique de développement durable », estime Stéphane Beaucage.

Toute la gamme de nutrichaulants participe à l’essor de l’entreprise depuis 1990.

Toute la gamme de nutrichaulants participe à l’essor de l’entreprise depuis 1990.

Nouvelle structure, nouvelle usine

L’entreprise a délaissé le marché au détail pour se concentrer à développer et à fabriquer ses propres produits et à les commercialiser par l’intermédiaire d’un réseau de détaillants. Ce virage, comme le souligne le dirigeant, a engendré beaucoup de défis dans les opérations, mais en a en même temps simplifié d’autres aspects puisque Agro-100 n’assume dorénavant plus de responsabilités liées à la vente au détail. « Depuis notre réorientation, notre soutien agronomique se fait maintenant auprès des représentants de nos détaillants. Les spécialistes de nos produits se déplacent en tandem avec les représentants et visitent les champs des producteurs. »

L’importante progression d’Agro-100 depuis 2019 a aussi nécessité l’ajustement de la structure de l’entreprise. Une personne-ressource a notamment été embauchée pour gérer toute la stratégie marketing du groupe. Arrivé en 2000, Stéphane Beaucage lui-même se concentrera à compter de la fin du mois d’août à sa fonction de président d’Agro-100 tout en continuant à superviser le service des ventes. « Avec notre expansion, je ne peux pas continuer à porter tous les chapeaux », justifie-t-il en souriant.

La progression des ventes nécessitera également l’ajout d’une nouvelle unité de production pour la fabrication de fertilisants liquides. « C’est notre plus gros chantier actuellement. On est en train de l’aménager dans une des bâtisses à Joliette où on entreposait des pesticides à l’époque. Ça sera à la fine pointe de la technologie et ça devrait être fonctionnel au début de l’an 2022 », conclut Stéphane Beaucage. 


Ce portrait d’entreprise d’ici est une présentation de