fbpx
Chez les Perron, toute la famille participe à la réussite de l’entreprise. Photos : Gracieuseté de la famille Perron

Chez les Perron, toute la famille participe à la réussite de l’entreprise. Photos : Gracieuseté de la famille Perron

Une passion transmise de la première à la nouvelle génération

SAINT-ISIDORE-DE-CLIFTON – Les Perron de Saint-Isidore-de-Clifton se transmettent la passion et le savoir-faire pour les sucres depuis quatre générations. Bonne nouvelle pour Hugo et Isabelle, les propriétaires actuels de l’érablière, car le désir de poursuivre la tradition semble, bien qu’à des degrés différents, présent chez leurs quatre enfants âgés entre 9 et 16 ans. Les temps changent, mais la qualité demeure.

L’histoire de l’érablière Nouvelle Génération commence en 1905, à l’ère de la colonisation des Cantons-de-l’Est, quand Alphonse et Anna achètent une terre dans le rang 10 de Saint-Isidore. Déjà, ces défricheurs venus de la Beauce entaillent 500 ou 600 érables à la chaudière. La famille aime bien saucer la palette et remplir ses cruchons de ce fameux sirop sucré. Alphonse construira, en 1924, la grande maison paternelle habitée depuis par les générations suivantes.

« Mon grand-père, Adrien, a pris la relève de la ferme assez tôt avec son épouse Adrienne tout en continuant à produire du sirop d’érable », raconte Hugo Perron. C’est son père, Gaston, et son épouse Jacqueline qui ont acheté du quota et développé la production laitière. Fils unique, Hugo a intégré la ferme dans les années 1990. « En 2008, on a vendu le quota et le troupeau qui comptait une centaine de têtes, dont 45 vaches en lactation, pour se concentrer sur la production acéricole », dit-il.

Isabelle et Hugo ont permis à l’érablière de croître et de développer de nouveaux produits.

Isabelle et Hugo ont permis à l’érablière de croître et de développer de nouveaux produits.

Progrès

En 2010, quand Hugo et Isabelle ont repris l’érablière familiale, celle-ci comptait quelque 5000 entailles. Gaston avait implanté la tubulure dans les années 1980 et érigé une nouvelle cabane en 1991 pour remplacer celle que son père et son grand-père utilisaient avant lui.

En 2010, Hugo et Isabelle ont aussi acheté l’érablière voisine de 12 500 entailles et ont décidé d’utiliser la cabane plus fonctionnelle qui s’y trouvait. L’autre cabane est devenue une station de pompage. L’achat d’une autre érablière voisine a permis aux Perron d’atteindre 28 000 entailles sur une superficie de 142 hectares (350 acres). Depuis 2017, l’entreprise détient une certification biologique Ecocert Canada.

Une part importante de la production sert à la confection de produits transformés. Isabelle est l’artiste et la cheffe cuisinière qui concocte les recettes, dont plusieurs apprises de sa belle-mère, avec un souci de perfection. Le couple prévoit ouvrir une boutique pour accueillir les clients.

Les Perron peuvent-ils compter sur leurs enfants pour prendre la relève? L’avenir le dira. « Trystan, notre fils de 14 ans, aide beaucoup son père et son grand-père. Maryssa, notre fille de 9 ans, est très intéressée par tout ce qui touche la cuisine », souligne Isabelle. Lily-Rose, 16 ans, et Mikael, 11 ans, contribuent aussi aux travaux.

Apprendre de ses erreurs

Quel est le secret de la réussite et de l’originalité selon Isabelle Blouin, en charge de la cuisine et de la transformation? Il ne faut pas avoir peur de faire des essais-erreurs si nous voulons aller de l’avant. C’est ainsi, dit-elle, que sont nés des créations uniques à l’érablière Nouvelle Génération qui font la fierté de leur entreprise. Ces trois créations originales sont le Pop choco-fondant à l’érable, le Cornet décadent à l’érable et le Réduit d’érable « Gars de Bois », un vrai réduit qu’il est possible de boire nature ou fortifié d’un alcool de son choix, comme à la cabane. 

https://www.desjardins.com/