fbpx
L’agriculture est une affaire de famille chez les Hudon. Christian et Marielle, au centre, sont entourés de leurs fils Louis et Rémi, de leur belle-fille Catherine Lord et de leurs petits-fils Tristan et Gabriel. Michel et Patricia étaient absents au moment de la photo. Photos : Maurice Gagnon

L’agriculture est une affaire de famille chez les Hudon. Christian et Marielle, au centre, sont entourés de leurs fils Louis et Rémi, de leur belle-fille Catherine Lord et de leurs petits-fils Tristan et Gabriel. Michel et Patricia étaient absents au moment de la photo. Photos : Maurice Gagnon

Le riche bagage historique des Hudon

RIVIÈRE-OUELLE – Représentant la 9e génération d’agriculteurs à sa ferme du chemin de la Petite-Anse de Rivière-Ouelle, Rémi Hudon appartient à l’une des plus anciennes familles agricoles du Québec. Ses ancêtres Hudon ont cultivé la terre et pêché l’anguille depuis la fondation de la paroisse en 1672.

 Tristan est bien en selle sur sa chèvre, sous le regard attendri de ses parents Catherine et Rémi.

Tristan est bien en selle sur sa chèvre, sous le regard attendri de ses parents Catherine et Rémi.

Quand il parle de ses origines, le producteur caprin Rémi Hudon, âgé de 39 ans, est habité par une grande fierté. Son ancêtre Pierre Hudon, dit Beaulieu, fait partie des fondateurs de cette paroisse vieille de 348 ans. Sa terre était située au village.

« En 1934, mon grand-père, Louis-René Hudon, a épousé Marthe d’Auteuil et s’est installé sur la terre de la Petite-Anse déjà exploitée par sa belle-famille depuis 1769 », raconte Rémi. Son père Christian a repris la ferme en 1970 avant de la lui céder en 2009.

« La famille de ma grand-mère d’Auteuil possédait aussi une pêche à anguille [piège installé dans le fleuve] », souligne Rémi, qui demeure aujourd’hui l’un des quatre pêcheurs de ce poisson dans sa municipalité riveraine du Saint-Laurent.

Trois productions

La mère de Rémi, Marielle Gamache, se rappelle de l’époque où son beau-père et son époux livraient le lait en bidons à l’aide de leurs chevaux. En 1975, avec l’arrivée du transport du lait par camion-citerne, Christian a abandonné la production laitière pour la production bovine.

Lorsqu’ils ont pris la relève en 2009, Rémi et sa conjointe Catherine Lord se sont tournés vers la production de lait de chèvre, tout en continuant à produire du bovin de boucherie jusqu’en 2012.

Rémi précise que de trop gros investissements auraient été nécessaires pour conserver cet élevage. Les propriétaires ont donc choisi de se concentrer uniquement sur la production caprine qui les passionne. Depuis 11 ans, Catherine et Rémi ont monté le troupeau de 242 à 650 têtes.

Catherine s’occupe principalement de tout ce qui touche la gestion du troupeau, de la naissance des chevreaux jusqu’au taillage des onglons. Rémi voit à la gestion opérationnelle et administrative ainsi qu’à la partie végétale, en plus d’assister sa conjointe. « Toutes les décisions d’entreprise se prennent à deux », précise le père de deux enfants : Gabriel, 14 ans, né d’une union précédente, et Tristan, 3 ans.

Descendant d’un écuyer du roi

Rémi Hudon se passionne pour l’histoire de sa famille, comme en font foi les ouvrages qui s’étalent sur la table de cuisine lors du passage de La Terre. Il raconte, entre autres, que son ancêtre Denis-Joseph d’Auteuil était écuyer du roi de France Louis XIII.

Le nom d’un autre de ses ancêtres, Pierre Hudon, figure dans la liste des paroissiens qui ont participé aux côtés du curé Pierre de Francheville à la célèbre bataille qui aurait permis de repousser les troupes anglaises du général William Phips quand elles ont tenté un débarquement à Rivière-Ouelle, à bord de leurs chaloupes, en 1690.

https://www.desjardins.com/