fbpx
Guidé, valorisé et soutenu par des parents aimants, Roger Bertrand a appris à redonner. Il affectionne les activités qui lui permettent d’échanger avec les gens. Crédit photos : Johanne Martin

Guidé, valorisé et soutenu par des parents aimants, Roger Bertrand a appris à redonner. Il affectionne les activités qui lui permettent d’échanger avec les gens. Crédit photos : Johanne Martin

Des racines profondes enfouies dans le sol portneuvois

DONNACONA — « Ici, c’est vraiment mon coin », lance l’ancien ministre Roger Bertrand, dont les racines demeurent profondément enfouies dans le sol portneuvois. Il y a plus de 350 ans, le premier représentant de la famille en Nouvelle-France s’établissait à Neuville. Ses ancêtres ont ensuite migré vers Cap-Santé, puis à Donnacona. C’est là, près du « moulin à papier », que l’homme politique a trouvé le bonheur. 

Petite ville industrielle fondée au confluent du fleuve Saint-Laurent et de la rivière Jacques-Cartier, Donnacona a offert un sentiment de plénitude en deux temps à celui qui se montre fier de ses origines. D’abord, une jeunesse à contempler les bateaux et les activités à l’usine. Puis, de 1993 à 2003, un engagement au service de la population comme député dans la circonscription de Portneuf. 

« Mon père était émouleur à la Donnacona Paper. J’y ai moi-même travaillé l’été pendant quelques années. À l’âge de 16 ou 17 ans, j’ai quitté la ville pour continuer mes études à Québec. J’ai vécu en milieu urbain pendant une vingtaine d’années, dans la capitale, mais aussi à Montréal, raconte l’économiste de formation. Quand j’ai été élu, je me suis dit qu’il fallait que je retourne vivre dans Portneuf. »

Roger Bertrand loue, à cette époque, une maison tout près de celle qu’il acquerra. « Je passais devant et je la trouvais tellement belle! Un jour, j’ai vu une pancarte à vendre et je l’ai achetée. » Cette demeure construite vers 1850 est tout en bois. M. Bertrand et sa conjointe ne l’habitent plus en permanence, mais y reviennent une ou deux fois par semaine puisque depuis deux ans, le couple réside à Québec.

Engagé dans sa communauté

Député sous la bannière du Parti québécois – mais aussi ministre et président de l’Assemblée nationale –, le politicien a traité plusieurs dossiers locaux marquants. Le réinvestissement et la tentative de relance de l’usine de Donnacona, le soutien à l’École de foresterie de Duchesnay, la sortie d’autoroute à Grondines et le projet d’agrandissement de l’aluminerie Lauralco en font partie.

« La prévention et la promotion de la santé ont par ailleurs toujours été un fil conducteur dans ma carrière », mentionne le président et cofondateur du Groupe entreprises en santé. L’homme a en outre choisi de demeurer très présent dans sa communauté. Il fait notamment la lecture aux messes dominicales et participe à l’organisation du concert de Noël pour l’entretien de l’église de Donnacona. 

À temps perdu, l’ancien politicien travaille le bois. Il fabrique entre autres des bancs de méditation et des planches à découper pour le plaisir de les offrir aux enfants, aux amis, etc.

À temps perdu, l’ancien politicien travaille le bois. Il fabrique entre autres des bancs de méditation et des planches à découper pour le plaisir de les offrir aux enfants, aux amis, etc.