fbpx
Les conteneurs ont été nombreux à quitter le pays en 2020. Photo : Groupe Export agroalimentaire Québec–Canada

Les conteneurs ont été nombreux à quitter le pays en 2020. Photo : Groupe Export agroalimentaire Québec–Canada

Une bonne année pour les exportations

Entre janvier et octobre 2020, les exportations agroalimentaires canadiennes ont atteint 61 G$, soit 10 % de plus qu’à pareille date l’année précédente. Elles étaient donc en bonne voie de dépasser le record de 67 G$ enregistré en 2019.

« L’objectif de notre gouvernement de faire grimper à 75 G$ ces exportations d’ici 2025 se rapproche à grands pas », a souligné la ministre fédérale de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, Marie-Claude Bibeau.

Selon son ministère, les exportations de graines de canola vers l’Europe ont atteint une quantité record de 949 M$ en 10 mois, soit 183,3 % de plus que l’année précédente. Celles de blé dur vers l’Italie ont aussi été en hausse de 75,7 %, comparativement à 2019. Les exportations de porcs et de produits de porc ont aussi connu une augmentation de 21,9 %. Les destinataires étaient principalement la Chine et le Japon.

Martin Lavoie, président-directeur général de Groupe Export agroalimentaire Québec-Canada, souligne que les exportations sont primordiales à la survie d’une entreprise. Elles permettent de diversifier son offre en vendant à différents marchés. Si un secteur est arrêté, comme ça a été le cas en 2020 pour les restaurants par exemple, l’entreprise a toujours des acheteurs.

Selon lui, les accords commerciaux conclus par Ottawa ont été bénéfiques aux exportations. « Il faut être compétitif au niveau tarifaire avec nos concurrents. À une certaine époque, on était en retard. Dans les dernières années, il y a eu un grand rattrapage », affirme M. Lavoie.

La ministre Bibeau souligne que les trois quarts des échanges sont couverts par un accord commercial. Elle précise également que dès le début de la pandémie, le gouvernement s’est assuré que les biens essentiels pourraient continuer de traverser les frontières.

Une « marque Canada »

Une mise à jour numérique de la « marque Canada » a aussi été effectuée par le gouvernement. Celle-ci permet aux producteurs d’utiliser différents outils pour améliorer leurs activités de promotion à l’international. M. Lavoie mentionne que cette marque sur les produits vient « donner l’assurance de la qualité et que le produit respecte les normes gouvernementales ».

De plus, le gouvernement a nommé six nouveaux délégués commerciaux répartis dans des ambassades de pays clés. « Ils sont au service des exportateurs canadiens qui veulent augmenter leurs échanges. Ce sont des ressources », spécifie l’attaché de la ministre, Jean-Sébastien Comeau.