fbpx

ACEUM : Ottawa et Washington veulent ratifier au plus vite

Maintenant que Washington a levé les surtaxes sur l’acier et l’aluminium canadiens, Ottawa compte ratifier l’Accord Canada–États-Unis–Mexique (ACEUM) « à toute vapeur », a fait savoir sa ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland.

Une fois l’Accord ratifié, les producteurs laitiers canadiens auront six mois pour abolir la classe laitière 7, qui permet de valoriser les surplus de solides non gras du Canada. À l’heure actuelle, les producteurs négocient avec les transformateurs dans le but de trouver une solution de rechange à cette classe 7. Les Producteurs laitiers du Canada et les Producteurs de lait du Québec n’ont pas souhaité commenter l’avancement des discussions.

Bois d’œuvre

Pour sa part, l’industrie du bois d’œuvre demande au fédéral de ne pas brusquer la ratification de l’ACEUM. Après l’adoption de l’entente, le Canada n’aura plus le même rapport de force pour pouvoir accélérer le règlement du conflit du bois d’œuvre qui oppose les deux pays, fait valoir Louis Bégin, président de la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM-CSN).

Échéancier serré

Le 30 mai, le vice-président américain, Mike Pence, rencontrera le premier ministre Trudeau pour « réclamer une adoption rapide de l’ACEUM », a fait savoir l’ambassade des États-Unis au Canada. L’échéancier du fédéral s’avère serré puisqu’il ne reste que quatre semaines à la session parlementaire. Par la suite, les travaux de la Chambre seront suspendus jusqu’à l’élection de cet automne.

En parallèle, le Congrès américain ne semble pas prêt à donner sa bénédiction à l’Accord. La présidente de la Chambre des représentants, la démocrate Nancy Pelosi, a accepté de s’asseoir avec les républicains afin de discuter d’une éventuelle ratification. La politicienne a toutefois réclamé plus de temps pour analyser le traité, ce qui a soulevé la colère de Donald Trump et refroidi les relations entre les deux partis rivaux.