fbpx
Le bois domine dans la construction du complexe Arbora, à Montréal. Photo : Adrien Williams

Le bois domine dans la construction du complexe Arbora, à Montréal. Photo : Adrien Williams

La recherche accélère l’innovation

La recherche dans le domaine du bois est porteuse d’innovations. Chez FPInnovations, le centre de recherche spécialisé en foresterie, les chercheurs ont développé plusieurs produits issus de la biomasse forestière, dont des panneaux isolants à base de résidus de bois qui constituent une solution de rechange intéressante aux produits de polystyrène, faits à base de pétrole, actuellement sur le marché.

En plus d’être aussi performants, ils sont biodégradables et recyclables à 100 %. Les chercheurs ont également travaillé à la mise au point de matelas non tissés à base de fibre de bois qui, utilisés en sous-couche des revêtements de plancher, atténuent les bruits de pas entre les unités superposées. Ils ont en plus des propriétés isolantes et sont écologiques et recyclables. Ces produits devraient se retrouver sur le marché sur un horizon de deux à cinq ans.

À la Chaire industrielle de recherche sur la construction écoresponsable en bois (CIRCERB) de l’Université Laval, les chercheurs ont récemment mis au point des structures hybrides bois et béton intégrées à des panneaux acoustiques pour en améliorer la performance. Par sa faible densité, le bois offre peu de propriétés acoustiques. En l’utilisant avec le béton, les chercheurs ont trouvé le moyen de faire travailler les deux matériaux de manière optimale. Le produit devrait se retrouver sur le marché à court terme.

Les chercheurs aident également l’industrie à développer de nouvelles techniques de construction. Prendre le virage du bois oblige les concepteurs à revoir leurs façons de faire.

Chez FPInnovations, on s’emploie, par exemple, à étudier la réaction des bâtiments en bois lorsqu’ils sont soumis aux vents. Des analyses ont été menées sur la tour Origine, à Québec, et le projet Arbora, à Montréal, pour mesurer l’impact des vents sur les étages supérieurs en termes de vibration. Ces travaux vont permettre d’établir des lignes directrices pour les ingénieurs dans la conception des structures en bois. 

Sylvie Lemieux, collaboration spéciale