fbpx
Les Équipements Lapierre ont fait leur renommée par leur capacité d’innovation et l’efficacité de leurs produits, qui répondent aux plus hauts standards de l’industrie acéricole.

Les Équipements Lapierre ont fait leur renommée par leur capacité d’innovation et l’efficacité de leurs produits, qui répondent aux plus hauts standards de l’industrie acéricole.

Gerry Dion : 40 ans de passion acéricole

Ne parlez pas de retraite à Gerry Dion! L’homme de 64 ans, conseiller technique chez les Équipements Lapierre, cumule près de 40 années d’expérience dans le domaine acéricole et aime encore beaucoup trop son métier pour penser le quitter. « J’aimerais continuer jusqu’à 68, 69, peut-être 70 ans, du moins, tant que j’ai  la santé et tant que la compagnie m’endure », dit-il en riant.

M. Dion se spécialise dans la vente d’évaporateurs. « J’adore conseiller les acériculteurs sur quoi faire et quoi ne pas faire. Ma clientèle était principalement composée au début de plus petits producteurs qui se lançaient en acériculture, se remémore M. Dion. À l’époque, il n’y avait pas d’Internet, alors on arrivait chez le producteur avec un catalogue illustré. »

Gerry Dion a fait ses premiers pas dans le monde acéricole en 1982, avec la compagnie Small Brothers à Dunham, en Montérégie, qui fusionnera en 1995 avec Évaporateur Waterloo, avant d’être rachetée par les Équipements Lapierre quelques années plus tard (Lapierre-­Waterloo-Small).

« J’ai commencé à la comptabilité et puis un jour s’est ouvert un poste aux ventes. Ç’a été le début d’une belle ­aventure. »

Cette aventure amènera M. Dion à voyager un peu partout en Amérique du Nord, traînant bien sûr avec lui son bagage d’expertise, et son catalogue illustré. Des évaporateurs, il en a vendu par centaines au Québec, en Ontario, dans les Maritimes, au Nouveau-Brunswick et même aux États-Unis.

« Du côté des États-Unis, on avait un réseau d’agents et c’est souvent moi qui allais closer les ventes pour eux, raconte M. Dion. J’étais l’expert technique. J’étais souvent en demande pour des expositions comme le Maplerama au Vermont, où j’ai été présent plusieurs années. »

Évolution et futur

Au fil des ans, M. Dion a été témoin de bien des transformations dans le monde de l’érable, autant dans la production que l’équipement.

« La tubulure commençait, mais il y avait encore beaucoup de chaudières dans les ­années 1980, se rappelle-t-il. C’était aussi les débuts du système d’osmose inversée. Le monde acéricole était en pleine ébullition! Puis est arrivée une révolution, la fournaise Ouragan, que l’on fabrique ­encore aujourd’hui. »

Preuve de son efficacité, le modèle Ouragan a battu tous les records de vente. « Vers 2010, poursuit M. Dion, nous avons pris la vieille version de l’Ouragan pour en faire notre nouveau modèle Ouragan Force 5, un évaporateur à bois de haute efficacité. Il n’y a pratiquement plus de fumée ni d’étincelle au bout du tuyau, ce qui réduit considérablement les émissions polluantes. »

Outre le modèle Ouragan, le modèle Turbo, avec son nouveau concept à deux pannes, conçu par Évaporateur Waterloo, a aussi contribué à l’amélioration du rendement des producteurs acéricoles. « C’était beaucoup plus économique côté combustible, en plus d’améliorer la capacité d’évaporation, explique M. Dion. Les Équipements ­Lapierre ont ensuite produit la version Turbo 2, puis le Turbo 3, deux modèles que l’on vend encore aujourd’hui. »

Signe des temps, l’environnement prend de plus en plus de place dans l’espace public, de même que dans le cœur des acériculteurs et acéricultrices. « Tous nos modèles d’évaporateurs ont été repensés pour être moins polluants, témoigne M. Dion. On reçoit par ailleurs de plus en plus de demandes pour des brûleurs au propane. C’est assez coûteux, surtout pour un évaporateur de 70 000 $. On parle d’environ 10 000 $ de plus pour un brûleur au propane, en plus des frais de certification par un spécialiste, aux frais du producteur. »

Il est difficile de prédire quelle sera la prochaine révolution dans le monde de l’érable, mais une chose est sûre, les ­Équipements Lapierre continueront d’innover et d’être à l’avant-plan des technologies de l’érable. Et tant qu’il le pourra, Gerry Dion continuera de sillonner les érablières à la rencontre des producteurs et productrices acéricoles et de vivre sa passion.