fbpx

Une érablière « zéro émission »

SAINT-ROMAIN — L’érablière-école de la Maison familiale rurale du Granit franchit tranquillement les étapes vers son objectif de produire un sirop zéro émission.

La conversion de l’érablière a débuté par le remplacement de l’évaporateur au mazout par un modèle électrique. Le retrait de l’ancien appareil a été subventionné par Transition énergétique Québec à hauteur de 61 000 $ sur un coût total de 163 000 $. L’opération se serait rentabilisée en 13,5 ans sans cette subvention, tandis qu’avec celle-ci, le retour sur investissement est évalué à 8,4 ans. « L’approche écologique peut représenter une diminution des profits à court terme, mais il s’agit plutôt d’un investissement à long terme pour l’image du sirop d’érable », explique Pierre Richard, gestionnaire de l’érablière certifiée biologique.

Le résultat est impressionnant puisque le nouvel évaporateur a fait chuter les émissions de gaz à effet de serre (GES) de 50 tonnes à 0,03 tonne, confirme la firme Nixo Experts-Conseils qui supervise le projet de conversion énergétique.

Pierre Richard mentionne que différentes pompes ont également été changées pour des versions moins énergivores. L’achat de débroussailleuses et de scies mécaniques électriques s’inscrit dans une prochaine étape. Une certification carboneutre pourra ensuite couronner toute cette démarche, espère M. Richard.

Virage important

L’érablière-école de la Maison familiale rurale du Granit compte aujourd’hui 19 600 entailles. Située à Saint-Romain, en Estrie, elle est utilisée pour le programme de production acéricole de l’établissement destiné aux élèves du secondaire et aux adultes.
« Le virage écologique, on le fait en fonction de nos valeurs et pour mieux positionner notre production dans le futur, mentionne Pierre Richard. On le fait aussi parce que l’érablière sert de lieu d’enseignement. » Il explique
à ce sujet que les jeunes qui y viennent accordent beaucoup d’importance au développement durable en acériculture. 

Trois mesures adoptées par l’érablière-école

Remplacer l’évaporateur au mazout par un système électrique. Lors de la cuisson, ce dernier ne dégage pas de vapeur puisque celle-ci est dirigée dans un circuit fermé qui en récupère la chaleur. 

Changer la pompe principale pour une version moins puissante, plus performante et moins énergivore.

Remplacer la pompe externe des relâcheurs qui fonctionnaient en permanence par de petites pompes internes, moins énergivores et s’activant au besoin.

SUR LE MÊME SUJET
C’est le temps de rendre le sirop d’érable plus vert
Le bio devrait évacuer les énergies fossiles