fbpx
Ghislain Gervais. Photo : Gracieuseté de Sollio Groupe Coopératif

Ghislain Gervais. Photo : Gracieuseté de Sollio Groupe Coopératif

Le chiffre d’affaires de Sollio franchit le cap des 8 G$

Le géant de l’agroalimentaire Sollio Groupe Coopératif poursuit sa croissance en enregistrant des ventes « historiques » totalisant 8,2 G$ au terme de son exercice financier 2019-2020, en hausse de 870 M$ par rapport à l’exercice précédent.

Ces résultats, qualifiés de « 4es meilleurs de son histoire » par le président Ghislain Gervais, permettront de redistribuer 40 M$ en ristournes et dividendes à ses membres. L’actif de Sollio atteint pour sa part 4,7 M$, en hausse de 848 M$, alors que l’excédent avant ristournes et impôts totalise 201 M$, avec un avoir et des actions privilégiées de 2 G$.

Cette croissance n’est pas une surprise pour la coopérative agroalimentaire, qui prévoyait franchir ce cap après avoir fait plusieurs nouvelles acquisitions au cours des dernières années, dont F. Ménard.

Sable dans l’engrenage

La pandémie est toutefois venue mettre du sable dans l’engrenage, tout comme plusieurs autres événements qui ont ponctué l’année 2020, « dont une saison de récolte difficile, la grève du Canadien National et celle du port de Montréal », a énuméré Gaétan Desroches, chef de la direction de Sollio Groupe Coopératif, lors du point de presse virtuel organisé dans le cadre de l’assemblée générale de la coopérative, le 25 février.

Malgré tout, la division alimentation (Olymel s.e.c.) et la division commerce de détail (Groupe BMR) de Sollio ont sauvé la donne, affichant des hausses notables de ventes, dans le secteur du porc notamment grâce à la réouverture du marché de la Chine en 2020 et à une forte demande dans ce marché.

Les quincailleries BMR ont également profité d’un changement d’habitudes de consommation pendant la pandémie et d’une hausse des marges causées par une augmentation du coût des matériaux forestiers. Les recettes de ces deux secteurs ont compensé les pertes d’autres divisions plus touchées, notamment celle du service alimentaire qui dessert les secteurs de l’hôtellerie, de la restauration et des institutions (HRI), a précisé M. Desroches.

La division agriculture a de son côté connu une baisse par rapport à l’année dernière principalement due aux résultats défavorables dans le secteur des grains.

En entrevue avec La Terre, le président de Sollio Groupe Coopératif, Ghislain Gervais, a mentionné qu’après cette phase de forte ­croissance de ses activités qui a marqué la dernière année, Sollio travaillera à consolider ses nouvelles acquisitions avant d’amorcer une nouvelle phase d’expansion dans deux ans.

Fondé en 1922, Sollio Groupe Coopératif, auparavant la Coop fédérée, compte 123 000 membres au sein de 48 coopératives agricoles et de deux sections, l’une regroupant des producteurs de porcs fournisseurs d’Olymel et l’autre regroupant des quincailliers BMR.

Olymel limité par le manque de main-d’œuvre

Questionné quant à savoir si Olymel poursuivra sa croissance au cours de la prochaine année, Réjean Nadeau, président-directeur général d’Olymel, a indiqué que les demandes pour le porc étaient en progression, notamment du côté asiatique. Toutefois, après des investissements annoncés à son usine d’Ange-Gardien (anciennement F. Ménard), en Montérégie, et à celle de Red Deer, en Alberta, où l’ajout d’un second quart de travail est envisagé quand l’éclosion de COVID-19 sera sous contrôle, Olymel ne prévoit pas poursuivre son développement à court terme, notamment en raison du manque de main-d’œuvre.