fbpx
Les restes de la grange du pomiculteur Charles Choquette. Photo : Gracieuseté de Joceline Landry

Les restes de la grange du pomiculteur Charles Choquette. Photo : Gracieuseté de Joceline Landry

Des agriculteurs subissent les dommages de deux pyromanes

Deux hommes dans la vingtaine sont accusés d’avoir allumé six incendies consécutifs dans différents bâtiments agricoles de la Montérégie le 30 décembre au matin. Pendant que les procédures judiciaires se poursuivent contre eux, des agriculteurs témoignent des pertes encourues.

La station de pompage de l’acériculteur Julien Dupasquier est une perte totale. À près d’un mois du début de la saison des sucres, ce jeune acériculteur jure qu’il n’avait vraiment pas besoin d’un tel méfait. Son voisin Charles Choquette, un producteur de pommes de Frelighsburg, se désole aussi d’avoir vu sa grange ancestrale partir en fumée. « C’était une belle grange avec une structure à mortaise. Elle faisait partie de notre patrimoine, de notre paysage. C’est très dommage et c’est juste stupide ce qu’ils ont fait », commente-t-il. Son bâtiment était assuré pour 30 000 $. « Ce n’est rien pour ce qu’il valait vraiment », dit celui qui se retrouve maintenant avec un amas de planches calcinées sur son terrain.

Les équipements de cette station de pompage de  l’acériculteur Julien Dupasquier ont été détruits par le feu. Photo : Gracieuseté Julien Dupasquier

L’équipement de cette station de pompage de l’acériculteur Julien Dupasquier a été détruit par le feu. Photo : Gracieuseté de Julien Dupasquier

Il dit ne pas connaître les deux accusés que sont Jonathan Grondin Bastille, 24 ans, et James Hobbs Happyjack, 21 ans. Chacun d’eux fait face à six chefs d’accusation d’incendie criminel en plus d’un chef d’introduction par effraction. Les deux accusés sont connus des policiers. Ils auraient consommé de la drogue ou de l’alcool et se seraient fait arrêter alors qu’ils revenaient sur les lieux de l’un des incendies, a indiqué Charles Choquette. La Sûreté du Québec refuse de révéler pour l’instant les détails de l’arrestation.