fbpx
La Santé publique va effectuer dans les prochaines semaines des dépistages dans les lieux où il y a déjà eu des éclosions comme les abattoirs. Archives/TCN

La Santé publique va effectuer dans les prochaines semaines des dépistages dans les lieux où il y a déjà eu des éclosions comme les abattoirs. Archives/TCN

Dépistage préventif de la COVID-19 dans certaines fermes et abattoirs

Québec souhaite débusquer les personnes asymptomatiques dans les milieux à fort risque d’éclosion, comme entre autres les fermes qui emploient des travailleurs saisonniers et les usines de transformation alimentaire.

Le directeur national de la Santé publique du Québec, le Dr Horacio Arruda, a annoncé qu’une nouvelle stratégie de dépistage préventif avait été enclenchée afin d’identifier les personnes atteintes de la COVID-19. « On va tester où on pense qu’il pourrait y avoir une réintroduction rapide ou des gens vulnérables […] comme les travailleurs agricoles de pays étrangers qui seraient testés à leur arrivée et après leur isolement », a-t-il déclaré lors d’un point de presse le 3 juillet.

La Santé publique va également effectuer dans les prochaines semaines des dépistages dans les lieux où il y a déjà eu des éclosions comme les abattoirs, toujours dans le but de détecter les personnes asymptomatiques. Rappelons qu’une personne infectée peut transmettre le virus même si elle ne présente aucun symptôme.

Ce printemps, les usines Cargill à Chambly, Olymel à Yamachiche et Exceldor à Saint-Bruno-de-Montarville ont connu une éclosion de COVID-19. Près d’une cinquantaine de travailleurs agricoles temporaires de différentes régions auraient également été infectés depuis le début de la pandémie.