fbpx
Les producteurs qui manquent de foin pourront préciser leurs besoins sur le site Internet en remplissant un formulaire, par exemple quant à la quantité et le type de balles requises. Photo : Archives/TCN

Les producteurs qui manquent de foin pourront préciser leurs besoins sur le site Internet en remplissant un formulaire, par exemple quant à la quantité et le type de balles requises. Photo : Archives/TCN

Une plateforme Web pour le partage du foin  

L’Union des producteurs agricoles (UPA) a créé une plateforme (voir le lien plus bas) afin de mettre en relation les vendeurs de foin et les agriculteurs en pénurie, dans les différentes régions du Québec et à quelques endroits en Ontario.

Cette idée découle d’une réunion d’urgence tenue le 31 juillet entre l’UPA et ses fédérations régionales, lors de laquelle ces dernières ont pu partager les problèmes propres à leur territoire. Outre le site Web, la ligne 1-888-221-2343 et l’adresse courriel secheresse2020@upa.qc.ca viennent d’être créées pour coordonner le partage du foin.

Sur le site Internet, indique le vice-président de l’UPA, Martin Caron, les producteurs pourront préciser leurs besoins en remplissant un formulaire, par exemple quant à la quantité et au type de balles de foin requises. La plateforme servira également à faire le lien entre les vendeurs de mélanges de remplacement pour les plantes fourragères et les producteurs de certaines régions qui commencent « à ne plus être capable d’en trouver ».

« Selon ce que j’ai entendu, les régions particulièrement touchées en ce moment par le manque de semences et la pénurie de foin sont Lanaudière et la Mauricie, mais certaines régions comme le Saguenay et l’Abitibi-Témiscamingue semblent mieux s’en tirer. Si des producteurs ont des surplus et qu’ils veulent mettre du foin à la disposition d’autres agriculteurs en difficulté dans d’autres régions, ils pourront aussi le faire sur le site Internet », note M. Caron.

Comme autre solution, ajoute-t-il, certains producteurs de grains seraient prêts à louer ou prêter leurs terres agricoles à des producteurs, plutôt que d’y mettre de l’engrais vert en prévision de l’année prochaine. Les agriculteurs en pénurie de foin pourraient ainsi utiliser ces terres pour faire pousser des plantes fourragères de remplacement.

La plateforme Sécheresse 2020 est accessible ici.