fbpx
Paméla Guay-Tremblay et Félix Grimard parviennent à faire pousser une vingtaine de variétés de fruits et légumes dans leur serre souterraine à Fortierville. Photos : David Riendeau

Paméla Guay-Tremblay et Félix Grimard parviennent à faire pousser une vingtaine de variétés de fruits et légumes dans leur serre souterraine à Fortierville. Photos : David Riendeau

Un potager souterrain quatre saisons

Un couple de Fortierville dans le Centre-du-Québec a trouvé un moyen original pour s’approvisionner en fruits et légumes frais à longueur d’année. Il a mis à profit l’énergie géothermique en construisant une serre huit pieds sous terre.

En descendant l’escalier de la serre adjacente à la propriété de Félix Grimard et Paméla Guay-Tremblay, on est tout de suite happé par la chaleur moite de cet espace confiné où règne une végétation luxuriante. Dans différents bacs, on reconnaît aisément les plants de fèves, de brocolis, de choux rouges, de tomates et de concombres, mais on aperçoit également des variétés produites normalement à des milliers de kilomètres du Québec comme des ananas, des citrons, des papayes et même des kiwis.

Vue de l’extérieur, la serre ressemble à un abri hivernal.

Vue de l’extérieur, la serre ressemble à un abri hivernal.

« On arrive à faire pousser n’importe quoi là-dedans! À huit pieds de profondeur, la terre ne gèle pas et bénéficie de la chaleur qui se dégage du sol. L’hiver, même si l’air ambiant est plus frisquet, le sol continue de réchauffer les plantes », explique Félix Grimard, qui ajoute que si certaines plantes comme les fèves tombent en dormance pendant la saison froide, d’autres comme les carottes poussent bien. 

D’une superficie cultivable de 22 pieds sur 30 pieds, la serre produit trois récoltes par année, soit la plus grande partie des fruits et légumes que le couple consomme au quotidien.

À l’intérieur d’une fosse de 28 pieds sur 35 pieds, Paméla Guay-Tremblay et Félix Grimard  ont empilé en forme de « V » 350 pneus usagés remplis de sable et compactés.

À l’intérieur d’une fosse de 28 pieds sur 35 pieds, Paméla Guay-Tremblay et Félix Grimard ont empilé en forme de « V » 350 pneus usagés remplis de sable et compactés.

Un endroit « rêvé »

Le couple a amorcé la construction de la serre en 2017. « Je rêvais d’un endroit où on pouvait faire pousser de façon bio des fruits, des légumes et des plantes médicinales, raconte Paméla, naturopathe de profession. On s’est inspirés des serres walipini en France et des earthships aux États-Unis pour les adapter au climat québécois. »

À l’intérieur d’une fosse de 28 pieds sur 35 pieds, ils ont empilé en forme de « V » 350 pneus usagés du garage familial préalablement remplis de sable et compactés. « Cette enveloppe emmagasine la chaleur pendant l’hiver et la dégage vers l’extérieur l’été, de sorte qu’il fait toujours chaud et humide dans la serre », précise-t-elle.

L’année prochaine, le couple aimerait maximiser l’espace de la serre en installant des bacs sur les fermes de toit.

L’année prochaine, le couple aimerait maximiser l’espace de la serre en installant des bacs sur les fermes de toit.

Par la suite, ils ont fait couler une dalle de béton sur l’enveloppe pour offrir un appui au toit. Une double toile de plastique agit comme isolant par temps froid, tout en laissant pénétrer la lumière du jour été comme hiver. Le bon fonctionnement de la serre ne requiert donc aucune électricité.

Le couple a pensé à tout pour que son projet soit une réussite. Un système de drainage a été installé dans le sol, lui-même recouvert d’un terreau pour limiter la prolifération de moisissures et de mauvaises herbes. Quant au toit, il est percé de deux fenêtres qui demeurent ouvertes l’été pour laisser les oiseaux et les pollinisateurs faire leur travail. « J’ai des tuyaux percés qui me permettent d’arroser toute la serre en ouvrant la champlure. Là, je travaille à installer une pompe pour recueillir l’eau du drain et la stocker dans un tonneau », explique Félix, qui est d’un naturel bricoleur.

Scepticisme et fierté

Pour exécuter leur projet, Félix et Paméla ont dû obtenir une dérogation auprès de leur municipalité et du ministère de l’Environnement. « Le fonctionnaire s’est montré très compréhensif et nous a envoyé rapidement une charte de construction à respecter », souligne Paméla.

Par contre, ils ont dû faire preuve d’un peu plus de patience pour vaincre le scepticisme de certains de leurs concitoyens. « On s’est fait regarder bizarrement au début. Beaucoup de gens avaient des craintes parce qu’on allait enterrer des pneus et certains se sont plaints à la ville, mais une fois qu’ils ont vu le résultat, c’est tombé », poursuit-elle.

La serre, qu’ils ont construite en six mois et avec l’aide de proches, a coûté 8 000 $ en matériaux. Ils prévoient récupérer leur mise en cinq ans. C’est bien peu en comparaison de la fierté de manger des aliments sains qu’ils ont eux-mêmes produits. « C’est meilleur au goût et on prend conscience de tout ce que ça implique comme travail », conclut Félix.