fbpx
Les Producteurs de pommes de terre du Québec souhaitent être mieux informés sur la façon de faire autoriser leurs nouveaux sites de prélèvement en eau. Crédit photo : Archives TCN

Les Producteurs de pommes de terre du Québec souhaitent être mieux informés sur la façon de faire autoriser leurs nouveaux sites de prélèvement en eau. Crédit photo : Archives TCN

Pommes de terre : Main tendue vers le ministère de l’Environnement

Les membres des Producteurs de pommes de terre du Québec (PPTQ) en ont assez d’être à couteaux tirés avec le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC). Dans un contexte où leurs besoins en irrigation augmentent à mesure que le climat se réchauffe, ces agriculteurs souhaitent établir un dialogue avec les défenseurs de l’eau au sein du gouvernement Legault.

Francis Desrochers. Crédit photo : Archives TCN

Francis Desrochers. Crédit photo : Archives TCN

« On est tous des gens sensés, compréhensifs de l’environnement, et l’on y tient, affirme le président de PPTQ, Francis Desrochers. Il faut trouver des méthodes pour arriver au même but ensemble. Je pense que ça va être plus facile que de s’affronter les uns les autres. Le temps est précieux et on perd de l’énergie à ne pas se comprendre. »

Réunis en assemblée générale annuelle (AGA), à Lévis le 29 mars, les Producteurs ont adopté une résolution dans laquelle ils demandent au MELCC de « tenir des séances d’information à l’intention des agriculteurs concernant les démarches d’obtention d’un [certificat d’autorisation] pour la mise en place d’un site de prélèvement en eau ». Ils demandent aussi que les formulaires à remplir soient simplifiés.

Francis Desrochers espère rencontrer des représentants du ministère avant le début des travaux au champ en mai.

Secoués par la mort d’un confrère

La douleur d’avoir perdu leur vice-président Stéphane Blouin le mois précédent était encore vive lors de l’assemblée générale annuelle des Producteurs de pommes de terre du Québec. Si bien que le thème de la santé psychologique s’est invité dans les discussions. « On est mal faits en tant qu’agriculteurs. On voit ça comme une faiblesse d’aller consulter, mais on devrait le faire », souligne Francis Desrochers. Son organisation a l’intention de soutenir dorénavant la cause de l’organisme Au cœur des familles agricoles (ACFA).

Une webdiffusion de la Régie tombe à l’eau

Jusqu’à tout récemment encore, la Régie des marchés agricoles et agroalimentaires du Québec avait le projet de webdiffuser sa prochaine rencontre avec les Producteurs de pommes de terre du Québec, le 18 avril. Au moment de mettre le journal sous presse, La Terre a appris que le projet pilote serait reporté.

C’est que les intéressés avaient jusqu’au 10 avril pour s’inscrire au webinaire et peu ont répondu à l’appel. « Malgré le fait qu’on ait publié un avis public dans La Terre de chez nous et sur notre site, et qu’on ait envoyé 72 invitations, malgré le fait que les Producteurs de pommes de terre du Québec aient transmis l’invitation à leurs membres, on avait trois participants », souligne l’avocate chargée du dossier, Claudine Martineau Langevin.

L’utilisation de cette plateforme aurait non seulement permis aux personnes dans l’impossibilité de se déplacer de suivre les présentations du ministère de l’Agriculture et des Producteurs, mais aussi de poser des questions en direct. Le projet n’est pas abandonné, a-t-on confirmé à La Terre, mais sera relancé ultérieurement avec une autre organisation d’agriculteurs qui pourrait se montrer intéressée par cette façon de faire.