fbpx
Les Producteurs en serre du Québec proposent qu’une partie des surplus d’Hydro-Québec serve à développer la serriculture afin d’améliorer l’approvisionnement en légumes frais. Photo : Archives/TCN

Les Producteurs en serre du Québec proposent qu’une partie des surplus d’Hydro-Québec serve à développer la serriculture afin d’améliorer l’approvisionnement en légumes frais. Photo : Archives/TCN

Les serriculteurs veulent les rabais d’électricité promis

À l’heure où François Legault courtise New York et l’Ontario pour écouler les surplus d’électricité d’Hydro-Québec, les Producteurs en serre du Québec (PSQ) réclament leur part du gâteau. « Au lieu de vendre l’électricité aux Américains, pourquoi ne pas développer la serriculture ici et fournir des légumes frais et de qualité? » se demande le président des PSQ, André Mousseau.

En campagne électorale, François Legault avait promis une bonification du rabais d’électricité actuellement en vigueur. Les Producteurs souhaitent plutôt se voir allouer 4 % des surplus d’Hydro-Québec au tarif avantageux de trois cents le kilowattheure.

« [L’économie d’argent] va nous permettre de construire au moins 50 hectares supplémentaires avec éclairage de photosynthèse et ça va contribuer à créer un environnement d’affaires favorable », souligne le directeur général des PSQ, Claude Laniel. Le rabais ferait également baisser les coûts de chauffage des entreprises et leur donnerait la possibilité d’investir dans les technologies d’automatisation.

Une rencontre avec le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Jonatan Julien, le 23 mai, a permis aux Producteurs de mettre cartes sur table.

« C’est un dossier beaucoup plus complexe que juste mettre un tarif spécial, a par la suite souligné à La Terre l’attachée de presse du ministre, Claude Potvin. Le ministre a écouté leurs préoccupations et il réfléchit à la question, mais aucune décision n’a été prise pour l’instant. »

Bientôt une annonce?

Le 6 juin, lors du dévoilement du fonds d’investissement en agriculture, le premier ministre François Legault a affirmé que de grands efforts étaient faits pour pouvoir procéder bientôt à une annonce. « Vous savez qu’Hydro est en surplus. Il y a quelques mois, ils ont jeté de l’électricité. Ils ont déversé de l’eau qui aurait dû devenir de l’électricité, a-t-il déploré. C’est sûr que les serres constituent un bon moyen de réduire nos importations de fruits et légumes si on les cultive ici avec de l’électricité pas chère. »

Avant même que le programme d’investissement soit officiellement annoncé, le président des PSQ, André Mousseau, avait déjà indiqué que les 50 M$ par année seraient insuffisants. « Juste pour notre secteur, ça nous prendrait 50 M$ par année », a-t-il souligné. 

Avec la collaboration de Martin Ménard