fbpx
Le 11 mai, Mélissa Perras venait d’effectuer ses premiers semis à vie dans des conditions idéales. Elle vise toutefois une carrière en production animale. Étant finissante à l’École professionnelle de Saint-Hyacinthe, elle surveillera les offres d’emplois dans les prochains jours. Crédit : Martin Ménard/TCN

Le 11 mai, Mélissa Perras venait d’effectuer ses premiers semis à vie dans des conditions idéales. Elle vise toutefois une carrière en production animale. Étant finissante à l’École professionnelle de Saint-Hyacinthe, elle surveillera les offres d’emplois dans les prochains jours. Crédit : Martin Ménard/TCN

Les champs se sèment à grande vitesse

SAINT-HYACINTHE – La période de temps chaud et sec qui perdure depuis plusieurs jours offre aux agriculteurs une fenêtre exceptionnelle de semis, si bien que la majorité des champs devraient être complètement semés le 15 mai prochain dans plusieurs régions, comme la Montérégie et le Centre-du-Québec. « Nous avons eu un mois d’avril très froid et nous pensions que tout serait en retard, mais avec cette semaine de chaleur, nous ne serons pas en retard », se réjouit l’agriculteur Richard Lagacé, de Saint-Hyacinthe.

Il encourage les étudiants de la région, qui passent de la théorie à la pratique en semant le maïs dans ses champs. Lors du passage de La Terre, l’étudiante Mélissa Perras venait d’effectuer ses premiers semis à vie au volant d’un tracteur imposant. « Il fait beau, il fait chaud, j’aime ça! Et apprendre à conduire la machinerie, même sur la route, ça se fait assez bien », dit l’étudiante de 29 ans. L’un de ses professeurs, Laurent Jourdain, souligne que la température est exceptionnelle. « Les conditions sont idéales, presque trop sec, mais on ne s’en plaindra pas! D’ici dimanche, tous les producteurs devraient avoir terminé de semer, même ceux qui ont des superficies importantes », prédit l’enseignant en grandes cultures à l’École professionnelle de Saint-Hyacinthe.

Dans le Centre-du-Québec aussi

Les semis avancent à une vitesse impressionnante dans le Centre-du-Québec, note le conseiller Christian Arseneault, copropriétaire de la succursale de Nicolet d’Agrocentre Technova. « Depuis lundi, les producteurs rouvrent les terrains avec constance. C’est très rare une période de beau temps comme ça. Et habituellement, des régions commencent avant d’autres, mais cette semaine tout le monde est en action en même temps. On est dans le jus! À la vitesse que ça va, d’ici samedi [14 mai], il ne restera plus grand-chose à semer », estime celui qui parcourt une bonne partie du Centre-du-Québec. Avec un temps si sec, il recommande aux producteurs de bien évaluer l’humidité de la terre et d’ajuster le travail du sol de même que la profondeur des semis afin de favoriser une bonne émergence. La chaleur favorise aussi l’arrivée des mauvaises herbes, qui exigeront un suivi plus rapide cette année, mentionne-t-il.  

De l’avance en Beauce

Le producteur Jean-Pierre Audesse, en Beauce, terminait les semis de son maïs lors de l’appel de La Terre, le 11 mai. « Ça va très bien. Le fumier a été épandu assez rapidement. Le blé et le maïs seront finis sous peu. On s’est même gâté en passant « La Sole » [lame de nivellement]. Grâce à cette vague de chaleur, tout le monde va être content; on a une bonne semaine d’avance », dit celui qui cultive une quarantaine d’hectares à Sainte-Marguerite.  Il souligne que les conditions peuvent changer, d’où l’importance « de ne pas manquer le bateau », soutient-il.

Jean-Pierre Audesse apprécie de voir la poussière derrière les équipements. « Il y a des années que tu dois te dépêcher dans des conditions pas idéales, mais cette année, la météo est idéale », dit celui qui a même été en mesure d’effectuer des travaux de nivellement. Crédit : Jean-Pierre Audesse

Jean-Pierre Audesse apprécie de voir la poussière derrière les équipements. « Il y a des années que tu dois te dépêcher dans des conditions pas idéales, mais cette année, la météo est idéale », dit celui qui a même été en mesure d’effectuer des travaux de nivellement. Crédit : Jean-Pierre Audesse

Du beau temps aussi au Lac

Émilie Girard était au volant de son tracteur, en train de préparer le terrain à Hébertville, au moment de l’entrevue. « On a commencé tranquillement dimanche passé. Il reste quelques petits bancs de neige près des boisés, mais on les contourne! Ça herse et ça étend du fumier. On sème aussi le maïs sur la toile de plastique présentement. Avoir des 20 °C pendant plusieurs jours comme ça, c’est rare. On va le prendre! » dit la relève de la Ferme Magi, qui cultive 490 hectares au Lac-Saint-Jean.

Émilie Girard profite des journées de beau temps pour avancer la préparation du terrain et des semis. Crédit : Gracieuseté d’Émilie Girard

Émilie Girard profite des journées de beau temps pour avancer la préparation du terrain et des semis. Crédit : Gracieuseté d’Émilie Girard