fbpx
Photo : Shutterstock.com

Photo : Shutterstock.com

La courge épargnée par l’engorgement des marchés

LANORAIE – La saison des récoltes de courges destinées au marché des grossistes et des grandes chaînes en était à ses derniers milles le 21 septembre. Lors du passage de La Terre à la ferme Ferdinand Hervieux dans Lanaudière, des travailleurs s’affairaient à cueillir les tout derniers fruits encore aux champs.

« On va tout récolter, on ne laissera rien. En plus, les prix qu’on obtient sont plutôt dans la moyenne », indique le copropriétaire de la ferme de Lanoraie, Pier-Luc Hervieux, soulagé de ne pas avoir subi le même sort que des confrères producteurs de laitues, de choux et de betteraves. Plus tôt dans la saison, ces derniers se sont butés à un marché des grossistes particulièrement engorgé, engendrant des surplus invendus et une chute radicale de la valeur de leurs produits.

Légère baisse de rendement

Bien qu’il qualifie sa saison de « normale », Pier-Luc Hervieux a remarqué un rendement moindre dans certaines variétés cette année, résultant de quelques épisodes de sécheresse. Josiane Cormier, qui vend ses courges en autocueillette à L’Assomption dans Lanaudière, observe un phénomène similaire. « Ce n’est pas une catastrophe. Mes courges sont belles, mais le calibre est plus petit », indique celle qui a ouvert ses champs au public il y a quelques semaines. À la Ferme des Possibles, près de Victoriaville dans le Centre-du-Québec, Jonathan Daigle s’est aussi frotté au manque de pluie cet été, mais affirme avoir irrigué ses cultures suffisamment pour éviter les baisses de rendement.

Autocueillette moins populaire que l’an dernier?

Si la récolte de courges destinées aux grossistes se termine, la saison d’autocueillette de courges et de citrouilles, elle, bat son plein. « Je m’attends à une bonne saison, mais peut-être pas aussi forte que l’an dernier, parce que les gens ont plus d’options d’activités à faire cet automne. Et l’an dernier, c’était exceptionnel », analyse Josiane Cormier, de la Ferme Cormier, située à L’Assomption, dans Lanaudière.

LIRE AUSSI
20 % moins de courges jetées avec les paillis de seigle